La conciliation travail-famille pour les professionnels de la réadaptation : un défi d’une participation sociale optimale au quotidien ?

La conciliation travail-famille pour les professionnels de la réadaptation : un défi d’une participation sociale optimale au quotidien ?

La conciliation travail-famille pour les professionnels de la réadaptation : un défi d’une participation sociale optimale au quotidien ?

La conciliation travail-famille pour les professionnels de la réadaptation : un défi d’une participation sociale optimale au quotidien ?s

| Ajouter

Référence bibliographique [325]

Braga, Luciana. 2011. «La conciliation travail-famille pour les professionnels de la réadaptation : un défi d’une participation sociale optimale au quotidien ?». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de réadaptation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans le cadre de ce mémoire, l’auteure cherche à «[e]xplorer la perception de l’optimalité de la participation sociale chez des professionnels de la réadaptation en fonction de la conciliation travail-famille et les facteurs identifiés par ces derniers comme l’influençant.» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les participants, majoritairement des femmes (12/13) étaient âgés de 31 à 44 ans et avaient entre un et trois enfants dont l’âge variait de 7 mois à 12 ans.» (p.iii)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La participation sociale ‘optimale’ peut se définir comme une congruence parfaite entre les attentes de l’individu et sa réalité. La conciliation travail-famille fait appel à l’équilibre des différentes sphères de vie du travailleur. On peut alors s’interroger sur la perception de l’optimalité qu’ont les professionnels de la réadaptation quant à leur propre niveau de participation, conciliant plusieurs sphères de vie et les facteurs qui influencent cette participation. […] L’optimalité de la participation est perçue comme : la possibilité (ou non) d’accomplir ses activités significatives tout en prenant en charge ses différentes responsabilités. Parmi les cinq facteurs environnementaux perçus comme ayant une influence (l’aspect financier, le soutien du conjoint, le temps, la flexibilité des horaires au travail et la structure familiale) la structure familiale apparait comme déterminante du possible et influence ainsi grandement les attentes individuelles. […]» (p. iii) Cette recherche révèle que «[l]a conciliation travail-famille est un phénomène complexe qui gagne à être étudié dans sa globalité plutôt qu’en silo.» (p. iii)