Les pressions ressenties par les mères présentant un trouble grave de santé mentale

Les pressions ressenties par les mères présentant un trouble grave de santé mentale

Les pressions ressenties par les mères présentant un trouble grave de santé mentale

Les pressions ressenties par les mères présentant un trouble grave de santé mentales

| Ajouter

Référence bibliographique [3149]

Fortier, Mireille, Paquet, Steve, Carrière, Monique, Clément, Michèle, Tétreault, Sylvie et Pépin, Geneviève. 2006. «Les pressions ressenties par les mères présentant un trouble grave de santé mentale». Dans Comprendre la famille : actes du 8e symposium québécois de recherche sur la famille , sous la dir. de Alain Roy, Pronovost, Gilles et Coutu, Élizabeth, p. 113-128. Sainte-Foy (Québec): Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dans le cadre d’une recherche portant sur l’organisation des services offerts aux familles dont la mère est atteinte d’un trouble de santé mentale, nous nous sommes intéressés entre autres à leur vécu, aux liens qu’elles entretenaient avec leurs proches et aux services provenant des différentes personnes intervenant auprès d’elles. Dans ce texte, nous discuterons des différentes formes de ’pressions’ (de contraintes ou encore d’injonctions) exercées sur ces mères, ou ressenties par elles. » (p. 114)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de cette étude était composé de 144 répondants. « Parmi ces 144 personnes, 35 étaient des membres de familles dont la mère souffrait d’un trouble de santé mentale grave et 106 [étaient] des intervenants [...] » (p. 116)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« D’abord, un certain nombre de pressions touchant les mères concernent leur position de malade. Cette position n’a évidemment rien ’d’innée’; elle résulte d’une association des symptômes ressentis par une personne à un diagnostic, lequel est établi par un professionnel, le psychiatre, dans un contexte d’évaluation particulier, l’évaluation clinique. [...] » (p. 118) « Ces femmes atteintes de trouble de santé mentale ressentent également la pression et le stress dans l’exercice de leur rôle de mère. Par exemple, les intervenants des différents secteurs ont souvent un regard scrutateur sur les risques pour les enfants et sur la compétence parentale. [...] » (p. 120) « À l’intérieur de la famille, nous voyons également poindre des espaces de conflits créant un sentiment de pression chez les individus. [...] Les pressions pesant sur les familles et les mères que nous avons rencontrées correspondent à une expérience particulière de la maladie et de la maternité. En effet, ces pressions sont à comprendre en lien avec les normes de productivité, d’efficacité et de rendement qui apparaissent comme des valeurs ’phares’, centrales, de notre époque. [...] » (p. 123) Sur le plan de la relation d’aide, « [...] l’idée que nous soumettons à la réflexion suggère que nous sommes passés d’une culture de prise en charge de la folie, d’une prise en charge, physique des corps malades qu’il s’agissait d’exclure, à une culture visant l’accompagnement et le soutien moral des personnes. » (p. 125)