Évaluation d’un système de gestion de la continuité des soins

Évaluation d’un système de gestion de la continuité des soins

Évaluation d’un système de gestion de la continuité des soins

Évaluation d’un système de gestion de la continuité des soinss

| Ajouter

Référence bibliographique [3113]

Goulet, Lise, d’Amour, Danielle, Sicotte, Claude, Leclerc, Bernard-Simon et Pineault, Raynald. 2006. Évaluation d’un système de gestion de la continuité des soins. Montréal: Groupe de recherche interdisciplinaire en santé en collaboration avec le Centre FERASI.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’étude pour laquelle la collecte de données s’est déroulée d’octobre 2003 à août 2004, comprend deux volets, un volet qualitatif et un volet quantitatif. Le premier volet a consisté en une étude de cas qui visait à qualifier l’intervention et à déterminer l’influence du contexte environnemental et organisationnel sur l’implantation de l’intervention et sur les effets observés. [...] Le second volet avait comme objectifs 1) de documenter l’intervention du point de vue des mères en termes d’utilisation et d’appréciation des outils d’information, tout particulièrement du carnet de grossesse conçu par les promoteurs, et 2) de déterminer les effets de l’intervention sur les services reçus,
l’appropriation de sa grossesse par la mère, la préparation à l’accouchement, la santé de la mère et du nouveau-né et l’appréciation des services. » (p. iii)

Questions/Hypothèses :
« 1) Comment qualifier la nature de l’intervention mise en place en ce qui a trait à ses composantes et aux liens dynamiques qui existent entre elles?
2) Quels facteurs contextuels ont influencé l’implantation de cette intervention et ses effets?
3) Quels sont les effets de cette intervention? » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« L’analyse de l’intervention [premier volet de l’étude] a reposé sur des entretiens semi-structurés avec 20 professionnels, gestionnaires et intervenants de différentes organisations (14 entretiens ont été menés dans la sous-région Sud, là où l’intervention a été développée et implantée, et six dans la sous-région Nord, celle-ci ayant servi de groupe de comparaison). » (p. iii)
Pour réaliser le second volet de l’étude « [...] une enquête épidémiologique a été réalisée en deux temps, un mois et trois mois après l’accouchement. Au premier temps de l’enquête, 324 mères de la sous-région Sud et 327 mères de la sous-région Nord ont complété une première entrevue téléphonique, avec un taux de réponse de 54,5 % au Sud et de 70,9 % au Nord. Au deuxième temps de l’enquête, les taux de réponse ont atteint respectivement 84,3 % et 92,7 %. » (pp. iii-iv)

Instruments :
- Guide d’entretien;
- Questionnaires d’enquête.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu et analyse statistique

3. Résumé


« Malgré les difficultés d’implantation, on note des effets positifs du système lorsqu’on compare la région où le système a été implanté à une région contrôle : une plus grande intégration des médecins de cabinets privés (généralistes et spécialistes) au réseau par la formalisation des échanges d’information; un plus grand nombre de références prénatales précoces faites par les médecins, pour la clientèle à risque psychosocial; une plus grande continuité informationnelle entre les établissements et plus de cohérence dans l’information transmise aux mères; une plus grande satisfaction des mères quant aux services reçus au cabinet des médecins et en centre hospitalier; une plus grande habilitation des mères dans la prise de décision et une meilleure préparation à l’accouchement. Les primipares ont davantage bénéficié du système que les multipares par une utilisation plus importante des outils de continuité. Les efforts investis par les promoteurs ont fait en sorte que le système de gestion de la continuité a atteint plusieurs des objectifs visés. Les professionnels de la région ont adopté une approche de réseau intégré où se développent de nouvelles pratiques reliées à la continuité des soins. Ce système a le potentiel de devenir un moyen efficace pour changer les pratiques à condition que les professionnels arrivent à un consensus (notamment sur la participation de la clientèle et sur la notion de risque psychosocial pour la profession médicale). Cependant, un tel système de gestion de la continuité ne peut survivre que par l’injection continue de ressources humaines et financières qui en assurent la pérennité. » (p. ii)