Simultanéité des états de femme dans l’oeuvre romanesque de Christian Bobin

Simultanéité des états de femme dans l’oeuvre romanesque de Christian Bobin

Simultanéité des états de femme dans l’oeuvre romanesque de Christian Bobin

Simultanéité des états de femme dans l’oeuvre romanesque de Christian Bobins

| Ajouter

Référence bibliographique [2939]

Paradis, Amélie. 2006. «Simultanéité des états de femme dans l’oeuvre romanesque de Christian Bobin». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Département des lettres et communications.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce mémoire propose une analyse des personnages féminins dans l’univers romanesque de l’auteur français Christian Bobin. » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Cette étude thématique porte sur les romans suivants : La femme à venir (1990), Isabelle Bruges (1992), La folle allure (1995) et Tout le monde est occupé (1999). Nous adoptons une perspective sociologique en nous basant sur l’ouvrage de Nathalie Heinich, États de femme. L’identité féminine dans la fiction occidentale, qui dresse l’éventail des différents états de femme tels qu’ils se présentent dans la littérature du XVIIIe siècle à aujourd’hui. » (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Nous constatons, pour notre part, que les héroïnes de Bobin assument simultanément différents états, et que leur coexistence confère à leur personnalité richesse et complexité. Les protagonistes se présentent à la fois comme femme-enfant, femme-mère, femme-nature et femme-amoureuse. Elles incarnent ces états de façon symbolique, en préservant l’enfance une fois adulte, en vivant une intimité avec la nature en dépit de leur connaissance du désir et de la sexualité, en partageant les valeurs de la maternité alors qu’elles n’ont pas d’enfant, par leur souci des autres et la création, et en développant des relations libres avec les hommes. En ce sens, nous pensons que la vision de l’écrivain apporte une latitude nouvelle à la formation identitaire des personnages féminins. » (p. 3)