Stratégies de communication dans la famille coréenne et construction identitaire

Stratégies de communication dans la famille coréenne et construction identitaire

Stratégies de communication dans la famille coréenne et construction identitaire

Stratégies de communication dans la famille coréenne et construction identitaires

| Ajouter

Référence bibliographique [2937]

Park, Kyongran. 2006. «Stratégies de communication dans la famille coréenne et construction identitaire». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de communication sociale et publique.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« À partir de la description de pratiques de communication dans des familles d’immigrés coréens, cette recherche vise à montrer comment se construit une nouvelle identité de citoyen au Québec, société d’accueil. » (p. xiii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Données issues de séances d’observation directe
- 61 Coréens ayant répondu à un questionnaire conçu pour cette étude
- 6 couples de Coréens ayant participé à des entrevues de type récit de vie

Instruments :
- Questionnaire
- Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La première conclusion qui découle des résultats de cette thèse est que chaque famille adopte sa propre stratégie de communication et que chacun établit à sa façon son identité comme immigré : nous ne pouvons donc pas généraliser en ce qui concerne ces familles. Cependant, nous pouvons identifier quelques dimensions communes, plus générales. Ainsi, tous soulignent la langue comme problème le plus difficile à résoudre. Par ailleurs, la stratégie la plus populaire pour subvenir aux besoins financiers des familles est d’opter pour le statut de travailleur indépendant ou de monter sa petite entreprise. Il ressort également de l’analyse que l’investissement le plus important pour ces personnes est l’éducation de leurs enfants, dans le but de leur permettre de gravir ainsi peu à peu l’échelle sociale. Enfin, il semble bien que des expériences de rencontres interculturelles positives les rendent plus tolérants et des expériences de rencontres interculturelles négatives, plus intolérants. L’identité des immigrés est un processus dynamique et complexe. Elle change selon les expériences vécues dans la société d’accueil et en particulier dans la famille, médiation privilégiée entre chaque membre de la famille et la société d’accueil à travers les styles d’interactions et les pratiques communicationnelles propres. Il est fréquent de dire que la plupart des immigrés ont des attentes positives quand ils viennent dans un nouveau pays et qu’ils constatent vite l’écart entre leur rêve et la réalité. Notre recherche montre que cet état de fait est modulé fortement par l’expérience de vie et les attitudes de chaque immigré coréen dans sa vie familiale. Cette étude est exploratoire et limitée à quelques familles d’immigrés coréens à Montréal. Il nous faudra étendre à d’autres cas et [à] d’autres groupes ethniques de telles recherches pour pouvoir atteindre à des conclusions plus générales. » (p. xiv)