Évaluation du programme de prévention des abus en Chaudière-Appalaches : effets sur les signalements et les fausses allégations : troisième phase

Évaluation du programme de prévention des abus en Chaudière-Appalaches : effets sur les signalements et les fausses allégations : troisième phase

Évaluation du programme de prévention des abus en Chaudière-Appalaches : effets sur les signalements et les fausses allégations : troisième phase

Évaluation du programme de prévention des abus en Chaudière-Appalaches : effets sur les signalements et les fausses allégations : troisième phases

| Ajouter

Référence bibliographique [2885]

Rousseau, Josée. 2006. Évaluation du programme de prévention des abus en Chaudière-Appalaches : effets sur les signalements et les fausses allégations : troisième phase. Sainte-Marie (Québec): Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux Chaudière-Appalaches.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Objectif général
- Examiner les effets du programme de prévention des abus sur les signalements faits à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de Chaudière-Appalaches.
Objectifs spécifiques
- Quantifier les signalements effectués à la DPJ qui semblent associés directement à la tenue du programme de prévention des abus en 2004-2005 : abus physiques, psychologiques et sexuels.
- Suivre la courbe des signalements reçus à la DPJ en lien avec les périodes d’application du programme de prévention des abus dans les divers regroupements de municipalités et au cours des différentes périodes temporelles de l’année scolaire 2004-2005.
- Comparer les taux de signalements pour abus physiques, psychologiques et sexuels pour les trois années avant l’implantation du programme et pour les trois années pendant que le programme est offert.
- Documenter les effets du programme de prévention des abus sur le travail des équipes impliquées dans la réception, le traitement et l’évaluation des signalements.
- Examiner le rôle possible du programme en tant que facteur ’suggestif’ dans la formulation de fausses allégations d’abus et, si approprié, proposer des avenues de solutions à la situation observée. » (p. 13)

Questions/Hypothèses :
« - Combien de signalements ont été effectués par les intervenants animateurs ou le personnel scolaire à la suite du programme?
- Y a-t-il plus de signalements reçus pour abus physiques, psychologiques ou sexuels, chez les 8 ou 9 ans de troisième année, s’effectuant pendant la période de présentation du programme en 2004-2005?
- Y a-t-il plus de signalements retenus s’effectuant depuis la première année d’implantation dans la région (2001-2002) comparativement aux années précédentes pour des abus physiques, psychologiques ou sexuels chez les 8 ou 9 ans?
- Les intervenants de la DPJ impliqués dans la réception, le traitement et l’évaluation des signalements ont-ils ressenti des effets de l’implantation du programme? Si oui, lesquels?
- Le programme est-il associé à la formulation de fausses allégations d’abus par les élèves? » (p. 18)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« - Grille de suivi d’implantation remplie par tous les intervenants animateurs;
- Banque de données de la DPJ de Chaudière-Appalaches de juin 2004 à octobre 2005;
- Banque de données de la DPJ de Chaudière-Chaudière-Appalaches [sic] de 1997-2004;
- Entrevues effectuées auprès d’informateurs des Centres jeunesse de Chaudière-Appalaches et des intervenants animateurs du programme. » (p. 18)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse statistique et analyse de contenu

3. Résumé


« Cette troisième phase évaluative du Programme de prévention des abus pour les élèves de première année du deuxième cycle du primaire a permis de dégager quelques constats. En fait, le programme apparaît avoir un impact sur l’identification de cas d’abus qui est minime et quasi imperceptible dans la somme de tous les autres signalements faits à la DPJ. Les signalements qu’il provoque apparaissent cependant pertinents et sont généralement retenus. En outre, le programme ne semble pas générer de phénomène perturbateur, en termes de vagues de signalements, ni de fausses allégations. En effet, contrairement à d’autres programmes identifiés dans la littérature en raison de l’émoi qu’ils créent, en termes de signalements, dans la communauté lors de leur passage, le programme développé et appliqué dans la région de la Chaudière-Appalaches ne semble pas accuser cette influence suggestive. » (p. 43)