La participation des organismes communautaires à la fourniture des services sociaux dans le secteur de l’enfance, de la famille et de la jeunesse au Québec : reconnaissance ou récupération?

La participation des organismes communautaires à la fourniture des services sociaux dans le secteur de l’enfance, de la famille et de la jeunesse au Québec : reconnaissance ou récupération?

La participation des organismes communautaires à la fourniture des services sociaux dans le secteur de l’enfance, de la famille et de la jeunesse au Québec : reconnaissance ou récupération?

La participation des organismes communautaires à la fourniture des services sociaux dans le secteur de l’enfance, de la famille et de la jeunesse au Québec : reconnaissance ou récupération?s

| Ajouter

Référence bibliographique [2868]

Savard, Sébastien et Harvey, Benoît. 2006. La participation des organismes communautaires à la fourniture des services sociaux dans le secteur de l’enfance, de la famille et de la jeunesse au Québec : reconnaissance ou récupération?. Chicoutimi: Groupe de recherche et d’intervention régionales (GRIR), Université du Québec à Chicoutimi.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Par le biais de la recherche dont nous présentons ici les résultats préliminaires, nous avons voulu vérifier la perception des gestionnaires d’organismes communautaires et d’établissements publics sur les modèles de relations qui s’établissent entre ces deux groupes d’acteurs autour de la fourniture de services sociaux aux enfants, aux jeunes et aux familles. Pour soutenir et guider notre analyse, nous avons adapté une typologie des relations entre l’État et les organismes non gouvernementaux, conçue par Coston (1998). » (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« En tout, 239 questionnaires furent distribués par envois postaux et 111 nous furent retournés, pour un taux de réponse de 46 %. » (p. 9) Les questionnaires ont été remplis par des gestionnaires d’organismes communautaires et des gestionnaires d’établissements publics oeuvrant dans le secteur de la famille, de l’enfance et de la jeunesse.

Instruments :
« [U]n questionnaire a été élaboré [...] pour étudier les relations État-organismes non gouvernementaux (ONG). » (p. 9)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« [L]e type de relation qui semble se rapprocher le plus de celui se dégageant des réponses fournies par les répondants est le modèle dit de coopération. Ce modèle, rappelons-le, se caractérise par une ouverture au pluralisme institutionnel, une intensité des relations, une symétrie des relations et un niveau de formalisme modérés. Ce type de relation ne s’inscrit pas dans une conception socioétatique ou sociocommunautaire pure des relations entre les établissements publics et les organismes communautaires, mais correspond à une position plutôt mitoyenne. Les établissements publics reconnaissent l’importance et la pertinence des actions posées par les organismes communautaires mais en même temps, ils veulent maintenir leur position dominante dans le système. Coston parle d’une coexistence non contraignante pour définir cette relation. Dans le contexte québécois, les relations entre les organismes communautaires et les établissements publics dépassent selon nous ce niveau de relations. » (pp. 14-15)