La communication avec interprète dans l’intervention à domicile

La communication avec interprète dans l’intervention à domicile

La communication avec interprète dans l’intervention à domicile

La communication avec interprète dans l’intervention à domiciles

| Ajouter

Référence bibliographique [2835]

Tremblay, Louise, Brouillet, Michèle-Isis, Rhéaume, Jacques et Laquerre, Marie-Emmanuelle. 2006. La communication avec interprète dans l’intervention à domicile. Montréal: Centre de recherche et de formation CSSS de la Montagne.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette recherche a pour objectif d’analyser le rôle de l’interprète [qui est souvent un membre de la famille] dans la communication intervenant-usager dans le contexte des services de première ligne offerts à la population immigrante [qui ne parle ni français ni anglais]. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Entre mai et août 2003, les auteurs ont fait cinq observations d’intervention, « […] cinq entrevues avec les intervenants, trois entrevues avec des interprètes et deux entrevues avec des usagers. Voici en bref, la description de l’échantillon des observations in situ :
1. Une intervention entre une infirmière d’origine roumaine et une patiente d’origine russe. Dans ce cas, la fille de la patiente faisait office d’interprète.
2. Une intervention entre une ergothérapeute d’origine québécoise francophone et une patiente d’origine russe. Une interprète professionnelle avait été mandatée.
3. Une intervention entre une ergothérapeute d’origine québécoise francophone et une patiente d’origine sri lankaise. Un interprète professionnel avait été mandaté.
4. Une intervention mettant en scène une travailleuse sociale d’origine québécoise francophone et une patiente d’origine vietnamienne. Le fils faisait ici office d’interprète.
5. Une intervention mettant en scène un travailleur social d’origine québécoise francophone et une patiente d’origine guatémaltèque. La fille faisait office d’interprète. » (p. 16)
- Deux entrevues de groupe ont été réalisées : la première avec les intervenants du programme de maintien à domicile; la seconde avec les interprètes de la Banque interrégionale d’interprètes.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« En contexte pluriethnique, il arrive que les intervenants de la santé et des services sociaux soient confrontés à une barrière linguistique, puisqu’ils ne peuvent s’exprimer dans la langue de leurs ‘clients’ et que ces derniers ne contrôlent pas les deux langues de travail du Québec, soit le français ou l’anglais. Pour arriver à communiquer avec ces personnes, les intervenants font parfois appel à un membre de la famille, un ami, un voisin ou à un interprète provenant de la Banque interrégionale d’interprètes. » (p. 1) Au terme de leur recherche, les auteurs soulèvent les avantages liés à l’utilisation d’un interprète informel issu de la famille. Il peut, par exemple, devenir « […] un informateur riche [qui] donne des renseignements utiles sur la situation [et qui] peut assurer une familiarité dans les rapports » (p. 76), mais à condition d’établir des règles avant l’intervention afin d’« […] éviter des problèmes dans la communication. » (p. 77) Ce rapport accorde une place à la famille en évoquant, entre autres, la question des aidants naturels et l’importance d’une intervention centrée sur la famille.