Les besoins des femmes en services de garde à horaire atypique dans la ville de Rouyn-Noranda

Les besoins des femmes en services de garde à horaire atypique dans la ville de Rouyn-Noranda

Les besoins des femmes en services de garde à horaire atypique dans la ville de Rouyn-Noranda

Les besoins des femmes en services de garde à horaire atypique dans la ville de Rouyn-Norandas

| Ajouter

Référence bibliographique [2833]

Trudel, Fanny. 2006. «Les besoins des femmes en services de garde à horaire atypique dans la ville de Rouyn-Noranda». Mémoire de maîtrise, Rouyn-Noranda, Québec, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif principal de ce mémoire est d’identifier les besoins en services de garde à horaire atypique auprès des femmes qui occupent ou désirent occuper des emplois à horaire atypique dans la Ville de Rouyn-Noranda.» (p.8)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
57 femmes de Rouyn-Noranda, mères d’au moins un enfant de 14 ans ou moins, occupant ou recherchant un emploi à horaire atypique ou étant aux études.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Après avoir fait un portrait de la condition féminine et de l’emploi atypique au Québec, [l’auteure] explor[e] l’engagement du gouvernement provincial en matière de politiques familiales et examin[e] la structure des services de garde au Québec.» (p.8) Elle présente ensuite l’étude qu’elle a effectuée auprès de femmes de Rouyn-Noranda. Les résultats obtenus permettent de «[...] constater la présence de besoins en services de garde à horaire atypique et d’identifier plus spécifiquement la nature de ces besoins. L’analyse [...] fait ressortir des différences entre les besoins spécifiques des femmes vivant en couple et des femmes monoparentales. De fait, les besoins en services de garde à horaire atypique sont plus présents chez les femmes monoparentales que chez les femmes en couple. [...] Finalement, les femmes monoparentales ont déclaré envisager occuper un emploi à horaire atypique si un service de garde leur était offert, contrairement aux femmes vivant en couple, qui refuseraient ce genre d’emploi.» (p.8)