Le droit des parents vs l’intérêt des enfants

Le droit des parents vs l’intérêt des enfants

Le droit des parents vs l’intérêt des enfants

Le droit des parents vs l’intérêt des enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [2803]

Worenklein, Abe et Gold-Greenberg, Linda. 2006. «Le droit des parents vs l’intérêt des enfants ». Psychologie Québec, vol. Mars, no Dossier 2, p. 24-27.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Il est important que les psychologues experts comprennent les questions qui doivent être prises en compte dans le contexte des jugements récents des tribunaux. » (p. 24)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« De plus en plus, les tribunaux entendent des demandes de la part d’un parent qui souhaite déménager avec son ou ses enfants pour toutes sortes de raisons, notamment un nouveau partenaire ou conjoint, une possibilité d’emploi, une mutation ou le soutien émotionnel supplémentaire des membres de la famille qui vivent à l’endroit projeté. Le changement de résidence comporte souvent une résolution plus permanente et unilatérale du différend familial. Voilà pourquoi le conflit est, en règle générale, exacerbé par des parents obsédés par un scénario ’gagnant-perdant’, sans examiner objectivement ce qui convient le mieux à l’enfant. » (p. 24)
« De plus en plus, les psychologues sont appelés à réaliser des expertises pour le tribunal dans le but de présenter des recommandations sur la question de savoir si le déménagement serait dans l’intérêt de l’enfant. Les affaires concernant les déménagements exigent une évaluation approfondie et exhaustive qui comporte la collecte de nombreuses données de qualité sur les facteurs pertinents qui permettent de prédire le tort potentiel découlant du changement de conditions environnementales. Bien que la théorie et la recherche sur l’attachement, la séparation et les étapes du développement offrent un fondement permettant de comprendre comment un enfant peut réagir à un changement de résidence, il faut aussi examiner la recherche sur les effets du déménagement en général et ceux sur les enfants du divorce en particulier. Les évaluations bien structurées en matière de garde d’enfant peuvent offrir au juge des faits et aux parties les renseignements sur le risque potentiel pour l’enfant.
Pour les psychologues, l’intérêt des enfants doit être le critère fondamental pour déterminer la garde ou les droits d’accès à leur égard. Cette règle fondamentale sera appliquée dans le cas d’un parent qui désire déménager dans le but d’éloigner les enfants ou de les empêcher d’entretenir ou de créer des liens avec l’autre parent et, en règle générale, le tribunal interviendra pour interdire le déménagement des enfants avec ce parent. » (p. 25)
« De toute évidence, en raison de la possibilité de résolution permanente et unilatérale des affaires portant sur le changement de résidence, ces dernières enveniment souvent un conflit préexistant et mettent en lumière le conflit entre l’intérêt supérieur de l’enfant et les droits des parents. Bien que le parent ’laissé derrière’ puisse se sentir dénué de pouvoirs avec la diminution des rapports, une évaluation appropriée doit avant tout tenir compte du fait que les enfants sont ceux qui sont susceptibles de perdre le plus. Cette perte doit être réduite par un accès le plus fréquent possible sans perturber les enfants, compte tenu des phases de leur développement et de la distance géographique. Il y a aussi la communication entre les parents et l’accès téléphonique et, lorsque c’est possible, la communication par webcam entre l’enfant et le parent qui ne réside pas avec lui. » (p. 26)