Payer maintenant ou payer plus tard les familles d’enfants autistes en crise

Payer maintenant ou payer plus tard les familles d’enfants autistes en crise

Payer maintenant ou payer plus tard les familles d’enfants autistes en crise

Payer maintenant ou payer plus tard les familles d’enfants autistes en crises

| Ajouter

Référence bibliographique [2602]

Eggleton, Art et Keon, Wilbert Joseph. 2007. Payer maintenant ou payer plus tard les familles d’enfants autistes en crise. Ottawa: Canada.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les auteurs ont « [...] reçu un mandat du Sénat d’effectuer une étude et de produire un rapport sur le financement du traitement de l’autisme et la nécessité d’une stratégie nationale concernant l’autisme. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [L]e Comité a tenu neuf séances et entendu 53 témoins, dont des personnes autistes, des parents d’enfants autistes, des groupes de défense, des professionnels de la santé, des chercheurs dont les travaux portent sur l’autisme et certains représentants de ministères fédéraux, ainsi qu’une ministre provinciale. » (p. 2)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Les familles d’enfants autistes sont en crise. Lorsqu’un enfant fait l’objet d’un diagnostic d’autisme et se voit prescrire un traitement par un professionnel de la santé, l’assurance-santé publique n’en paie pas le coût. Par conséquent, les familles doivent souvent assumer eux-mêmes une très grande partie du traitement coûteux de l’autisme – jusqu’à 60 000 $ par an – parce que les administrations provinciales et territoriales n’offrent qu’une aide financière limitée. Les familles d’enfants autistes de tout le pays demandent donc au gouvernement fédéral de faire preuve de leadership en la matière. [...] Les membres du Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie sont parfaitement conscients des difficultés auxquelles sont confrontées les personnes autistes et leurs familles. » (p. 1) « Le Comité soutient sans réserve le point de vue exprimé par les familles d’enfants autistes et les personnes autistes elles-mêmes selon lequel les gouvernements doivent payer maintenant, sous peine de payer plus tard. En fait, nous croyons que cette seconde éventualité n’est tout simplement pas une option. » (p. 23)