''Faire la courte échelle'' : Développement d’un programme de services intégrés pour contrer la négligence envers les enfants

''Faire la courte échelle'' : Développement d’un programme de services intégrés pour contrer la négligence envers les enfants

''Faire la courte échelle'' : Développement d’un programme de services intégrés pour contrer la négligence envers les enfants

''Faire la courte échelle'' : Développement d’un programme de services intégrés pour contrer la négligence envers les enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [2491]

Lacharité, Carl, Pinard, Pierre, Giroux, Pierre et Cossette, France. 2007. «''Faire la courte échelle'' : Développement d’un programme de services intégrés pour contrer la négligence envers les enfants». Dans Enfants à protéger, parents à aider : Des univers à rapprocher , sous la dir. de Claire Chamberland, Léveillé, Sophie et Trocmé, Nico, p. 307-322. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Ce texte vise à présenter les principaux éléments du programme de services intégrés pour contrer la négligence ’Faire la courte échelle’ en en décrivant la démarche de conception. Il met en évidence les enjeux majeurs de l’intégration des services que pose le problème vécu par les enfants négligés ou à risque de l’être et leurs parents sur un territoire sociosanitaire. » (p. 308)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Document ministériel : « Faire la courte échelle : pour atteindre l’inaccessible face à la négligence » (2005), Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Gouvernement du Québec.
- Divers autres ouvrages et recherches (voir bibliographie à la page 321)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« La négligence envers les enfants dans les sociétés occidentales est essentiellement un problème de relation : relation des parents à leurs enfants, relation des parents et des enfants aux autres personnes et aux ressources de leur collectivité. Ce ne sont donc pas, en premier lieu, les individus (les enfants négligés, les parents qui les négligent) qu’il faut viser (et, conséquemment, changer) par les actions professionnelles; ce sont plutôt les liens interpersonnels et sociaux qu’ils entretiennent et les conditions qui influencent ces liens qui [sic] faut prendre pour cible dans les situations de négligence ou de risque de négligence. Se soucier d’un enfant, tenter de répondre à ses besoins, soutenir les adultes qui en sont directement responsables sont fondamentalement des expériences relationnelles. C’est justement cet espace relationnel que le programme ’Faire la courte échelle’ se propose d’ouvrir et d’occuper. Il constitue une invitation et un dispositif pour que les adultes autour d’un enfant puisse jouer en équipe en sachant pertinemment que, dans les situations de négligence, c’est ce jeu d’équipe qui fait cruellement défaut. Dans l’univers de la négligence, les règles et l’ordre établis reposent sur des valeurs telles que l’isolement, le ’chacun-pour-soi’. Réussir à jouer en équipe représente donc une action subversive dans cet univers. ’Faire la courte échelle’ ne vise rien de moins qu’à ébranler les fondements et à modifier les valeurs de cet univers. » (p. 321)