Mieux réussir dès la première année : l’importance de la préparation à l’école

Mieux réussir dès la première année : l’importance de la préparation à l’école

Mieux réussir dès la première année : l’importance de la préparation à l’école

Mieux réussir dès la première année : l’importance de la préparation à l’écoles

| Ajouter

Référence bibliographique [2444]

Lemelin, Jean-Pascal, Boivin, Michel, Plante, Nathalie et Eid, Hadi. 2007. «Mieux réussir dès la première année : l’importance de la préparation à l’école». Dans Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998-2010) , p. 12. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec, vol 4, fascicule 2.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif principal du présent fascicule consiste à examiner l’association prédictive entre la préparation scolaire et le rendement scolaire au début du primaire. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le document se base sur les données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998-2010).

Instruments:
- Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE) (Early Development Instrument; Janus et Offord, 2007)
- test Lollipop (Chew, 1989)
- Échelle de vocabulaire en images Peabody (EVIP) (Dunn, Thériault-Whalen et Dunn, 1993)
- Jeu de blocs tiré du Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence – Revised (WPPSI-R; Wechsler, 1989)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette étude a « […] document[é] la nature de la relation entre la faible préparation à l’école des enfants et le milieu socioéconomique dans lequel ils grandissent. Une relation significative positive a été observée entre le plus haut diplôme obtenu par la mère, certaines dimensions de la préparation à l’école et le rendement scolaire en première année. Les résultats soulignent également un lien entre le niveau de revenu du ménage, d’une part, et la préparation et la réussite scolaires des enfants, d’autre part. Les enfants vivant dans une famille à faible revenu, selon la définition retenue ici, ont une moins bonne préparation à l’école et réussissent moins bien en première année que les autres. Un obstacle important pour la prévention des difficultés scolaires est qu’il est souvent difficile d’agir directement sur ces facteurs de risque familiaux. Cependant, les caractéristiques socioéconomiques sont associées à des facteurs plus proximaux sur lesquels il est possible d’intervenir. Parmi les aspects de l’environnement immédiat de l’enfant pouvant faire l’objet d’interventions précoces, soulignons la qualité des interactions parents-enfant (Lemelin, Tarabulsy et Provost, 2006) et la qualité du milieu de garde. » (p. 9)