La famille et l’école dans la socialisation et devant l’autosocialisation des filles et des garçons en Haïti

La famille et l’école dans la socialisation et devant l’autosocialisation des filles et des garçons en Haïti

La famille et l’école dans la socialisation et devant l’autosocialisation des filles et des garçons en Haïti

La famille et l’école dans la socialisation et devant l’autosocialisation des filles et des garçons en Haïtis

| Ajouter

Référence bibliographique [2426]

Louis, Eunide. 2007. «La famille et l’école dans la socialisation et devant l’autosocialisation des filles et des garçons en Haïti». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, Département d’anthropologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La thèse porte sur le processus de la socialisation des filles et des garçons en Haïti dans la famille et à l’école. Elle poursuit deux objectifs majeurs : comprendre la socialisation dont les filles et les garçons font l’objet dans la famille et à l’école en contexte haïtien ; analyser les mécanismes par lesquels ces institutions participent à la construction sociale du sexe des adolescents. » (p. I)

Questions/Hypothèses:
« [S]elon nos hypothèses de recherche, les filles et les garçons ne font pas que subir la socialisation produite par les institutions. Que ce soit les filles ou les garçons, ils contribuent à construire leur socialisation et leur identité à partir des définitions qu’ils se donnent à travers leurs interactions, dans leurs groupes de pairs et leur distance critique, consciente ou inconsciente, par rapport à leurs agences traditionnelles de socialisation, dont la famille et l’école. » (p. 98-99)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 13 parents d’élèves (huit femmes, cinq hommes) et de huit enseignants (quatre femmes, quatre hommes) attachés à l’une des deux écoles primaires suivantes : l’Écave ou Repusa. Ces adultes ont été interviewés ou observés par l’auteure. Quatorze élèves (huit filles, six garçons) ont participé à une entrevue, 170 (totalité des élèves) ont été observés et 140 ont réalisé une production écrite.

Instruments:
- Questionnaire
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La thèse […] a recours au cadre d’analyse féministe, porteur d’une nouvelle compréhension de la production institutionnelle et sociale du sexe. […] La recherche a relaté que les processus et les mécanismes d’éducation et de socialisation des filles et des garçons dans les familles et à l’école tiennent compte du sexe en référence aux pratiques, représentations et discours qui induisent des différences entre les filles et les garçons. La famille et l’école haïtiennes font un travail de socialisation différenciée des enfants, mais ne le reconnaissent pas ouvertement. Ainsi participent-elles à la production, à la reproduction et à la légitimation des différenciations sociales liées au sexe et assurent-elles la pérennisation des rapports sociaux inégalitaires entre hommes et femmes. Les résultats ont également montré que les adolescent-e-s ne font pas que subir la socialisation familiale et scolaire. Ils sont également acteurs dans le processus de leur socialisation. Nous avons décelé aussi une socialisation à rebours par laquelle ils se révèlent de plus en plus socialisateurs de leurs agents traditionnels de socialisation. Plus que les acteurs traditionnels, les adolescent-e-s témoignent de ce que font ces derniers en matière de socialisation différenciée à leur endroit. Cependant, leurs façons de faire dans les groupes de pairs et les intérêts qui président à la mise en place de tels groupes font voir que les adolescent-e-s sont motivés par des facteurs qui vont au-delà de considérations liées au sexe. » (p. II)