La pauvreté comme facteur de risque de négligence

La pauvreté comme facteur de risque de négligence

La pauvreté comme facteur de risque de négligence

La pauvreté comme facteur de risque de négligences

| Ajouter

Référence bibliographique [2412]

Mayer, Micheline. 2007. «La pauvreté comme facteur de risque de négligence ». Revue de Psychoéducation, vol. 36, no 2, p. 353-362.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans cet article, l’auteure veut approfondir la relation souvent observée entre la pauvreté et la négligence envers les enfants.

Questions/Hypothèses :
L’auteure examine trois hypothèses concernant la relation entre la pauvreté et la négligence. Selon la première hypothèse, «[...] la pauvreté engendre des problèmes personnels chez les parents ou un isolement social qui les prive d’un soutien nécessaire, ce qui accroît le risque de négliger leurs enfants.» (p.357) Une seconde hypothèse stipule que «[...] la pauvreté des enfants exerce elle-même une influence néfaste sur leur développement et leur bien-être [...]» (p.358). Une troisième hypothèse «[...] cible une caractéristique des parents ou du milieu de vie qui influence à la fois la pauvreté des familles et le risque de mauvais traitements.» (p.358)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse théorique
Réflexion critique

3. Résumé


«Les premières recherches sur le phénomène de la négligence envers les enfants ont conclu que les familles concernées étaient les plus pauvres, et ce constat s’est répété systématiquement depuis. Cependant, cette dimension de la problématique de la négligence a été peu approfondie dans les recherches et dans les guides d’intervention. Les raisons du lien entre la pauvreté et la négligence et les implications concrètes de ce lien pour l’intervention sont rarement abordées et très peu développées dans les travaux. L’article vise à regrouper les données de recherche et les réflexions des auteurs sur cette question. Il précise le concept de pauvreté en fonction des dimensions retenues dans les recherches et note les dimensions de ce concept qui exercent une influence particulière sur le risque de négligence. Il décrit ensuite les différentes interprétations possibles du lien entre la pauvreté et le risque de négligence et leurs implications pour la programmation et l’intervention. Compte tenu de l’importance qu’occupe la pauvreté dans la problématique de la négligence, on peut conclure qu’une intervention directe ou indirecte sur ce facteur apparaît incontournable si l’on vise, avec une efficacité minimale, à diminuer les taux de négligence sans cesse croissants.» (p.353)