S’informer sur les services offerts aux personnes présentant une DI ou un TED

S’informer sur les services offerts aux personnes présentant une DI ou un TED

S’informer sur les services offerts aux personnes présentant une DI ou un TED

S’informer sur les services offerts aux personnes présentant une DI ou un TEDs

| Ajouter

Référence bibliographique [239]

Friche, Céline. 2011. S’informer sur les services offerts aux personnes présentant une DI ou un TED. Montréal: Institut national de recherche scientifique, Centre - Urbanisation Culture Société.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente recherche [tente] de connaître de quelle manière les parents de personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble envahissant du développement (TED) s’informent sur les services offerts à leur proche. L’étude vise également à connaître comment les intervenants s’informent sur les services, et comment les organismes pourvoyeurs de services se font connaître.» (p. 8)

Questions/Hypothèses :
L’auteure pose comme hypothèses que les parents n’avaient «[…] pas la même opinion que le CRDIQ [Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec] quant à la responsabilité de les informer [et que] les parents ne connaissaient pas ou n’utilisaient pas toutes les ressources existantes.» (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
24 parents et proches de personnes présentant une DI ou un TED, 43 intervenants travaillant au CRDIQ et 37 organismes partenaires du CRDIQ.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


L’auteure conclut qu’«[e]n identifiant les lieux d’information des parents de personnes présentant une DI ou un TED, la recherche a également permis de mettre en avant les difficultés rencontrées par les parents: diversité de sources d’information, difficulté d’accès aux services, par exemple. Elle a aussi permis de voir le décalage entre les sources de publicisation utilisées par les organismes, et les sources d’information utilisées par les parents et les intervenants du CRDIQ. De plus, elle a aidé à déterminer la pertinence du Service 211 pour les personnes présentant une DI ou un TED. Enfin, elle interroge sur le fait que la situation actuelle serait peut-être due à une différence d’opinion quant à la responsabilité d’informer les parents.» (p. 76)