Les comportements sexuels problématiques chez les enfants âgés de 12 ans et moins : Évaluation et traitement

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants âgés de 12 ans et moins : Évaluation et traitement

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants âgés de 12 ans et moins : Évaluation et traitement

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants âgés de 12 ans et moins : Évaluation et traitements

| Ajouter

Référence bibliographique [237]

Gagnon, Mélanie M. et Tourigny, Marc. 2011. «Les comportements sexuels problématiques chez les enfants âgés de 12 ans et moins : Évaluation et traitement». Dans L’agression sexuelle envers les enfants. Tome 1 , sous la dir. de Martine Hébert, Cyr, Mireille et Tourigny, Marc, p. 333-362. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de ce chapitre est de faire le point sur l’état des connaissances actuelles […]» au sujet des comportements sexuels problématiques [CSP] chez les jeunes enfants. (p. 333)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Le premier constat important de cette recension des connaissances actuelles sur les CSP est qu’il reste un long chemin à parcourir avant que nous puissions affirmer bien comprendre ce que sont les CSP et la façon dont ils se développent chez les enfants. […] Le deuxième constat relatif aux études recensées est que les traitements destinés aux enfants ayant des CSP devraient appliquer des composantes conçues pour les CSP. Bien qu’il soit difficile de se prononcer sur les ingrédients actifs du traitement, notons tout de même que les traitements d’approche cognitive-comportementale semblent associés à des gains plus importants à long terme que les autres traitements, notamment en ce qui concerne la réduction des CSP. […] Plusieurs variables sociodémographiques, familiales et individuelles semblent associées aux enfants ayant des CSP; toutefois, à l’exception du fait d’avoir vécu une agression sexuelle et de la présence de troubles de comportement, ces associations doivent être confirmées par d’autres études. Ainsi, à ce jour, aucun profil distinct n’a été élaboré pour caractériser les enfants qui ont des CSP.» (p. 354 et 356)