La construction sociale du handicap : regard sur la situation des jeunes sourds

La construction sociale du handicap : regard sur la situation des jeunes sourds

La construction sociale du handicap : regard sur la situation des jeunes sourds

La construction sociale du handicap : regard sur la situation des jeunes sourdss

| Ajouter

Référence bibliographique [2346]

Piché, Geneviève et Hubert, Jérôme. 2007. «La construction sociale du handicap : regard sur la situation des jeunes sourds ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 20, no 1, p. 94-107.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article vise à « [...] explorer et d’analyser les liens entre le concept de l’exclusion sociale et le vécu des jeunes sourds. » (p. 95)

Questions/Hypothèses :
«[L]a personne vivant avec une incapacité se trouverait en marge avec l’organisation même de la pensée humaine. » (p. 95)

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Dans la société actuelle, où les interactions s’appuient sur la communication verbale, certains chercheurs suggèrent que les jeunes sourds sont plus susceptibles de vivre des émotions négatives intenses et de faire face à des situations de marginalisation sociale (Foster, 1998 ; Roots, 1999). En effet, d’une part, ces jeunes sourds éprouveraient davantage de difficultés de communication dans leurs milieux familial, social et scolaire que les jeunes entendants et, d’autre part, certains rapportent se sentir exclus socialement (Piché et Hubert, 2006). Ces résultats mettent en évidence, entre autres, l’importance de favoriser le développement des habiletés de communication des parents d’enfants sourds. [...] Nous présenterons dans cet article, d’abord, un bref aperçu des obstacles rencontrés par les jeunes d’aujourd’hui et, ensuite, un survol des difficultés liées à la surdité et à la communication ainsi que des défis que pose l’insertion sociale des jeunes sourds. Pour terminer, nous évaluerons les implications pour la recherche future ainsi que pour l’intervention sociale. » (pp. 94-96)