La détresse des mères est-elle liée au QI et à la psychopathologie de l’enfant

La détresse des mères est-elle liée au QI et à la psychopathologie de l’enfant

La détresse des mères est-elle liée au QI et à la psychopathologie de l’enfant

La détresse des mères est-elle liée au QI et à la psychopathologie de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [2299]

Richer, Louis , Lachance, Lise et Tremblay, Karine N. 2007. «La détresse des mères est-elle liée au QI et à la psychopathologie de l’enfant ». Revue francophone de la déficience intellectuelle, vol. 18, p. 15-22.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette étude examine les liens entre la détresse psychologique des mères ainsi que le niveau intellectuel et les manifestations psychopathologiques de leur enfant en considérant le point de vue de la mère et de l’enseignant. » (p. 16)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La population comprend 165 familles dont un enfant (6-17 ans) reçoit des services d’un centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI). » (p. 16)

Instruments :
- L’« Échelle de désirabilité sociale de Marlowe-Crowne (Tremblay, Lachance & Richer, 2006) »;
- le « Leiter International Performance Scale-Revised (Leiter-R; Roid & Miller, 1997) »;
- la « Grille d’évaluation comportementale pour enfants Nisonger (GÉCEN; Tassé, Morin & Girouard, 2000) ». (p. 17)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Certains parents éprouvent de la détresse en raison de la déficience intellectuelle et des manifestations psychopathologiques de leur enfant. Le taux de prévalence de la détresse est supérieur chez les femmes. L’étude examine les liens entre la détresse des mères ainsi que le QI et les manifestations psychopathologiques de leur enfant. Un questionnaire est complété par 56 mères d’enfants recevant des services d’un CRDI. Le QI des enfants est évalué tandis qu’une grille d’évaluation des manifestations psychopathologiques est remplie par les mères et les enseignants. Presque la moitié des mères présentent un niveau élevé de détresse. Cette dernière n’est pas reliée au QI de l’enfant, mais est associée aux troubles des conduites et d’hyperactivité, évalués par la mère ou l’enseignant. » (p. 15)