Associations entre facteurs de risque maternel et l’agressivité physique chez les jeunes enfants

Associations entre facteurs de risque maternel et l’agressivité physique chez les jeunes enfants

Associations entre facteurs de risque maternel et l’agressivité physique chez les jeunes enfants

Associations entre facteurs de risque maternel et l’agressivité physique chez les jeunes enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [2273]

Salvas, Marie-Claude, Geoffroy, Marie-Claude, Vitaro, Frank, Boivin, Michel, Tremblay, Richard E. et Côté, Sylvana. 2007. «Associations entre facteurs de risque maternel et l’agressivité physique chez les jeunes enfants ». Devenir, vol. 19, no 4, p. 313-325.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [E]xaminer l’association entre les caractéristiques de risque maternelles et l’agressivité physique pendant les années préscolaires dans un contexte multivarié. [...] Le deuxième objectif [...] examiner la possibilité qu’il existe des effets d’interactions entre les différents aspects du risque maternel. » (p. 315)

Questions/Hypothèses :
Quelle est « [...] la contribution des caractéristiques maternelles (i.e. jeune âge de la mère, la tendance antisociale, le niveau d’éducation et les pratiques éducatives) et leurs interactions dans la prédiction de l’agressivité physique élevée chez les jeunes enfants »? (p. 315)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« 2’045 enfants a été suivi depuis la naissance, jusqu’à l’âge de 54 mois. » (p. 315)

Instruments :
- Questionnaires
- « [...] entrevue psychiatrique structurée du National Institute of Mental Heath – Diagnostic Interview Schedule (NIMH – DIS; Helzer, et Robins, 1988). » (p. 316)
- « L’échelle des pratiques parentales coercitives est une adaptation de l’échelle ECOPAN, développée par Boivin, Pérusse, Saysset, Tremblay, et Tremblay (2000). » (p. 317)
- « [...] l’Infant Characteristics Questionnaire (ICQ; Bates, Bennett Freeland, et Lounsbury, 1980) [...] » (p. 317)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Le but de la présente étude était d’examiner dans un contexte multivarié le rôle des caractéristiques de risque maternelles sur la persistance de l’agressivité physique chez les jeunes enfants au sein d’un échantillon populationnel. Les résultats indiquent que les enfants nés de jeunes mères, de mères n’ayant pas complété des études secondaires et utilisant des pratiques parentales coercitives sont plus susceptibles d’appartenir à la trajectoire élevée d’agression physique à la petite enfance. L’utilisation de pratiques parentales coercitives est le meilleur prédicteur du niveau de l’agressivité physique de l’enfant à la petite enfance. Les enfants de mères qui ont recours à des pratiques éducatives coercitives ont deux fois et demi [...] plus de chance de se retrouver sur une trajectoire d’agressivité physique élevée. [...] Ainsi, lorsqu’une mère présente les trois caractéristiques de risque (i.e. jeune âge, faible niveau de scolarité, pratiques parentales coercitives), les enfants se trouvent sept fois plus à risque d’appartenir à la trajectoire élevée d’agressivité. Ces résultats suggèrent que le fait de donner naissance à un enfant avant l’âge de 21 ans, d’avoir un faible niveau de scolarité et d’être à la fois coercitive dans ses interactions avec l’enfant représente un profil de risque assez sévère. » (p. 322)