Les grands-parents en périnatalité : étayage et place à trouver dans le berceau psychique familial

Les grands-parents en périnatalité : étayage et place à trouver dans le berceau psychique familial

Les grands-parents en périnatalité : étayage et place à trouver dans le berceau psychique familial

Les grands-parents en périnatalité : étayage et place à trouver dans le berceau psychique familials

| Ajouter

Référence bibliographique [22367]

Bender-Tinguely, Clarisse, de Montigny Gauthier, Pascale, de Montigny, Francine et Mellier, Denis. 2020. «Les grands-parents en périnatalité : étayage et place à trouver dans le berceau psychique familial ». DIALOGUE, vol. 230, no 4, p. 19-41.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Les autrices désirent «montrer [que les grands-parents] ont, par le soutien qu’ils peuvent apporter et le travail de leur propre place, un rôle déterminant dans l’économie familiale autour du bébé.» (p. 20)

Questions/Hypothèses :
«Si l’arrivée d’un bébé apporte de nouveaux défis pour les nouveaux parents, sur les plans tant psychologique que social et économique, quelle est dans ce contexte la place des grands-parents?» (p. 20)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Dans le cadre d’une recherche réalisée par une des autrices, les témoignages de 42 parents et grands-parents dans des familles où le bébé est âgé de moins de 6 mois ont été recueillis.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La venue au monde d’un bébé dans une famille réinterroge les places de chacun, bouleverse les enveloppes psychiques individuelles et groupales. […] S’il y a un ''effet shaker'' (Rochette, 2007) qui repose sur les hasards des histoires, des rencontres et les configurations d’aide que les grands-parents peuvent assurer, il est intéressant de noter que c’est par cet étayage que les grands-parents trouvent une place entre le dedans et le dehors de la construction du berceau familial. La réalité de l’aide apportée par les grands-parents permet au berceau familial de faire la distinction entre un premier cercle centré sur le bébé et ses parents et un second cercle plus large autour de la cellule nucléaire (Hamelin-Brabant et coll., 2013). […] On pourrait ainsi parler de la spécificité d’une fonction grand-parentale pour tous ceux qui sont en capacité de fournir un tel soutien, qu’il soit émotionnel, informatif, matériel ou d’estime de soi, sans pour autant ''bousculer'' les processus propres au devenir parent. Si cette dimension psycho-affective est tout particulièrement spécifique aux grands-parents, car inscrite dans les liens de filiation, elle colore en périnatalité, tout particulièrement dans le post-partum immédiat, toutes les relations des parents à ce deuxième cercle.» (p. 36-37)