L’adoption internationale au Québec - Statistiques 2018

L’adoption internationale au Québec - Statistiques 2018

L’adoption internationale au Québec - Statistiques 2018

L’adoption internationale au Québec - Statistiques 2018s

| Ajouter

Référence bibliographique [22231]

Québec. Ministère de la Santé et des Services Sociaux. 2019. L’adoption internationale au Québec - Statistiques 2018. Québec: Gouvernement du Québec, La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux; Secrétariat à l’adoption internationale.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le document présente un portrait statistique de l’adoption internationale au Québec en 2018.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Cette recherche utilise des données provenant du Secrétariat à l’adoption internationale (SAI) du Québec.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Le rapport mentionne qu’au «cours de l’année 2018, le Québec a réalisé 142 adoptions internationales. Le nombre annuel d’adoptions internationales semble s’être stabilisé après avoir connu une période de décroissance au cours de la dernière décennie. La baisse du nombre d’adoptions est liée, notamment, à l’amélioration de la situation socio-économique de plusieurs pays d’origine, lesquels sont davantage en mesure d’assurer la protection de leurs enfants ou de favoriser leur adoption localement. De plus, les États adhèrent aux valeurs de la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (CLH) et coopèrent pour la mise en place de systèmes de protection de l’enfance au sein des pays d’origine. […] Contrairement au nombre d’adoptions, les demandes d’antécédents sociobiologiques et de retrouvailles internationales sont en augmentation. Cette augmentation s’explique en partie par les changements législatifs survenus au Québec en 2017, mais aussi par le fait que les personnes adoptées dans les années 90 […] ont atteint la majorité et se questionnent sur leurs origines.» (p. 1) D’ailleurs, au «cours de l’année 2018, le SAI a travaillé à la mise en place des modifications apportées au Code civil en matière de recherche des origines et plus particulièrement en ce qui a trait aux demandes d’inscription de refus et de divulgation d’identité.» (p. 2)