Bien vieillir au Québec : portrait des inégalités entre générations et entre personnes aînées

Bien vieillir au Québec : portrait des inégalités entre générations et entre personnes aînées

Bien vieillir au Québec : portrait des inégalités entre générations et entre personnes aînées

Bien vieillir au Québec : portrait des inégalités entre générations et entre personnes aînéess

| Ajouter

Référence bibliographique [21980]

Elmer, Van Der Vlugt. et Audet-Nadeau, Vincent. 2020. Bien vieillir au Québec : portrait des inégalités entre générations et entre personnes aînées. Montréal: Observatoire québécois des inégalités.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Partant des connaissances scientifiques les plus à jour, ce rapport multidisciplinaire et accessible présente un premier grand portrait exhaustif et à jour du vieillissement au Québec et de ses enjeux, documentant notamment les inégalités entre personnes aînées ainsi qu’entre ce groupe et le reste de la population.» (p. 1) Des enjeux concernant la situation économique et le patrimoine des ménages ainsi que les antécédents familiaux des personnes aînées sont abordés dans cette étude.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les deux auteurs de ce rapport ont recensé près de deux cent cinquante articles et ouvrages, ainsi qu’une quarantaine de bases de données. La sélection des sources s’est concentrée sur les études les plus récentes et pertinentes, avec une préférence pour celles qui permettent d’analyser la situation au Québec. Parmi les plus éclairantes, soulignons l’Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement et les séries de données qui en découlent, les analyses de Statistique Canada et de l’Institut de la statistique du Québec, les données de la Société canadienne d’habitation et de logement et de la Société d’assurance automobile du Québec, ainsi que quelques ouvrages collectifs récents qui ont pour sujet une ou plusieurs des thématiques de ce rapport.» (p. 4)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Parmi les principaux constats relevés dans ce rapport, le vieillissement gagnerait à être compris en partant des besoins spécifiques des personnes aînées et de la diversité de leurs parcours, tant pour les enjeux économiques que les problématiques qui relèvent davantage du milieu de vie ou encore du bien-être.» (p. 1) «Les inégalités [économiques] entre ménages aînés sont beaucoup plus importantes que celles entre ménages de la population active (16 à 64 ans). Grâce aux impôts et transferts, la redistribution effectuée par les gouvernements réduit de moitié les inégalités entre ménages mieux nantis et moins nantis aînés […].» (p. 16) En matière de patrimoine, de «grandes inégalités de richesse entre personnes aînées persistent: le 20 % des plus riches détiennent près des deux-tiers de l’ensemble du patrimoine détenu par les ménages aînés […].» (p. 43) Par ailleurs, les «femmes sans conjoint auraient tendance à prendre leur retraite plus tard. C’est aussi le cas des parents, comparativement aux couples sans enfants. Toutefois, le décès du conjoint et le fait d’être aidant naturel sont deux facteurs qui, eux, ont tendance à accélérer la retraite, principalement pour les femmes. Le divorce n’a pu être identifié comme un facteur d’influence statistiquement significatif.» (p. 73)