La cause des enfants tatouée sur le coeur : bilan des directeurs de la protection de la jeunesse - directeurs provinciaux 2018

La cause des enfants tatouée sur le coeur : bilan des directeurs de la protection de la jeunesse - directeurs provinciaux 2018

La cause des enfants tatouée sur le coeur : bilan des directeurs de la protection de la jeunesse - directeurs provinciaux 2018

La cause des enfants tatouée sur le coeur : bilan des directeurs de la protection de la jeunesse - directeurs provinciaux 2018s

| Ajouter

Référence bibliographique [21620]

Goyette, Michèle et Desprez, Martine. 2018. La cause des enfants tatouée sur le coeur : bilan des directeurs de la protection de la jeunesse - directeurs provinciaux 2018. Québec: Gouvernement du Québec, Directeurs de la protection de la jeunesse / directeurs provinciaux.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce document constitue le bilan de 2018 des directeurs de la protection de la jeunesse au sujet du processus d’intervention de la loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), du rôle du directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) en matière d’adoption et de la loi sur le système de justice pénal pour adolescent (LSJPA).

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon les DPJ, plusieurs dispositions de la LPJ «permettent aux enfants et aux parents de participer activement à l’ensemble du processus d’intervention, que ce soit par le biais de mesures volontaires ou lorsque leur situation les amène devant le tribunal. Le meilleur intérêt de l’enfant et la participation active des parents sont toujours favorisés, afin de trouver ensemble les moyens qui devront être mis en place pour résoudre la situation. Les nouveaux amendements à la Loi adoptés cette année ont aussi pour but de favoriser la conclusion d’ententes entre les parties.» (p. 13) Par ailleurs, les DPJ «exercent un rôle de premier plan en matière d’adoption. La [LPJ], le Code civil du Québec et le Code de procédure civile leur attribuent d’importantes responsabilités, à savoir: [r]ecevoir les consentements généraux requis pour l’adoption; [d]emander au tribunal de déclarer un enfant admissible à l’adoption; [p]rendre en charge l’enfant qui leur est confié en vue de l’adoption; [a]ssurer le placement de l’enfant […].» (p. 23) En outre, la LSJPA «a comme principe d’entraver au minimum la liberté des jeunes, ce qui explique qu’une grande majorité des peines sont purgées dans la collectivité. Les directeurs provinciaux estiment que la meilleure façon d’assurer la protection durable du public consiste à appliquer la bonne mesure au bon moment, c’est-à-dire celle qui est la plus susceptible de permettre la réadaptation et la réinsertion du jeune contrevenant.» (p. 32)