L’apport de l’expérience religieuse à la résilience, chez la personne ayant été abusée dans son enfance

L’apport de l’expérience religieuse à la résilience, chez la personne ayant été abusée dans son enfance

L’apport de l’expérience religieuse à la résilience, chez la personne ayant été abusée dans son enfance

L’apport de l’expérience religieuse à la résilience, chez la personne ayant été abusée dans son enfances

| Ajouter

Référence bibliographique [2162]

Belzile, André. 2008. «L’apport de l’expérience religieuse à la résilience, chez la personne ayant été abusée dans son enfance». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, Département de théologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le premier [objectif] est de mettre en évidence les constituants du phénomène de la résilience dans un contexte d’expérience religieuse, chez les personnes ayant été abusées dans leur enfance. De plus, il s’agit de comprendre le mécanisme de résilience dans un contexte d’expérience religieuse à partir de l’expérience personnelle sur laquelle se fonde le phénomène. Enfin, il s’agit d’apporter une compréhension supplémentaire sur l’implication de l’expérience religieuse dans le mécanisme de la résilience. [...] » (p. 5)

Questions/Hypothèses:
« Quels sont les constituants de la résilience dans un contexte d’expérience religieuse, chez la personne ayant été abusée dans son enfance? » (résumé)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le chercheur a rencontré trois adultes ayant été abusés durant leur enfance, mais présentant des caractéristiques de la résilience et ayant vécu une expérience religieuse.

Instruments:
Question-guide au cours d’une entrevue individuelle

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Cette recherche « [...] concerne le phénomène de la résilience chez la personne ayant été abusée dans son enfance. La résilience ne semble pas avoir vraiment été considérée par la théologie. Cette recherche entame donc un début de dialogue qui veillera à combler ce manque. Le chercheur s’intéress[e] donc aux constituants de la résilience, particulièrement dans un contexte d’expérience religieuse, chez les personnes ayant été abusées dans leur enfance. [...] » (p. 11) « [Les] résultats permettent de constater que très tôt dans son développement humain, la personne résiliente est en rapport avec le divin et que son expérience religieuse peut réellement l’aider à lutter contre l’adversité et à transcender la blessure mortifère. […] Sous l’angle du clinicien, les résultats invitent à soutenir son intervention, à apprendre à penser autrement la blessure mortifère, à recentrer la personne dans sa valeur la plus profonde, à développer des attitudes de compagnonnage favorisant la reprise de la vie et un devenir meilleur de son humanité. […] » (résumé)