L’importance accordée à la parole des jeunes exposés à la violence conjugale : à la poursuite d’un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être et de justice

L’importance accordée à la parole des jeunes exposés à la violence conjugale : à la poursuite d’un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être et de justice

L’importance accordée à la parole des jeunes exposés à la violence conjugale : à la poursuite d’un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être et de justice

L’importance accordée à la parole des jeunes exposés à la violence conjugale : à la poursuite d’un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être et de justices

| Ajouter

Référence bibliographique [21594]

Alvarez-Lizotte, Pamela, Lavergne, Chantal, Dumont, Annie, Lessard, Geneviève et Lévesque, Sylvie. 2020. «L’importance accordée à la parole des jeunes exposés à la violence conjugale : à la poursuite d’un équilibre entre le principe éthique de protection du bien-être et de justice». Dans La recherche centrée sur l’enfant. Défis éthiques et innovations méthodologiques , sous la dir. de Isabel Côté, Lavoie, Kévin et Trottier-Cyr, Renée-Pier, p. 89-112. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le présent chapitre vise à «discuter des principaux défis rencontrés durant le processus d’approbation éthique pour pouvoir interviewer des adolescentes et adolescents et […] à présenter les stratégies mises en place pour faire face à ces défis.» (p. 90)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de l’étude est composé de «43 personnes, dont six adolescentes et six adolescents âgés de 12 à 17 ans, ainsi que 15 mères et 16 pères. Le recrutement a été réalisé avec l’aide d’intervenantes travaillant en milieu communautaire et institutionnel, par exemple des maisons d’hébergement, des services de protection de la jeunesse, etc.» (p. 91)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’étude montre que «l’implication de jeunes dans une recherche peut […] entraîner différents défis éthiques, particulièrement dans un contexte où on considère que les jeunes rencontrés sont vulnérables. Ces défis peuvent notamment être liés à la conceptualisation des jeunes en recherche ou à l’obtention du consentement parental, deux défis qui sont susceptibles de restreindre la participation des adolescentes et adolescents aux recherches.» (p. 107) Cependant, l’équipe de recherche soutient qu’il est nécessaire de faire participer les jeunes aux recherches qui les concernent. Par exemple, «[des] adolescentes et adolescents ont […] rapporté avoir aimé participer à la recherche, car ils ont eu le sentiment que cette participation leur a permis, dans une certaine mesure, d’aider des familles qui vivent des problèmes familiaux similaires aux leurs.» (p. 107) Ainsi, les jeunes doivent être considérés comme des sujets connaissants dans les études qui les touchent.