La participation au marché du travail des parents de jeunes enfants au Québec en 2016

La participation au marché du travail des parents de jeunes enfants au Québec en 2016

La participation au marché du travail des parents de jeunes enfants au Québec en 2016

La participation au marché du travail des parents de jeunes enfants au Québec en 2016s

| Ajouter

Référence bibliographique [21420]

Migneault, Joanie et Ministère de la Famille. 2021. «La participation au marché du travail des parents de jeunes enfants au Québec en 2016 ». Bulletin Quelle famille?, vol. 8, no 1, p. 1-15.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le contexte dans lequel évoluent les jeunes familles d’aujourd’hui, ainsi que la charge réelle ou construite qui leur incombe, [amène cette étude] à examiner leur présence sur le marché du travail.» (p. 2)

Questions/Hypothèses :
Cette étude «vise notamment à éclairer les questions suivantes: quelle est la situation des conjoints d’une même famille quant à leur activité? Le portrait a-t-il changé au cours des dix dernières années? Les familles du Québec présentent-elles un profil différent de celui qui se dessine ailleurs au Canada? Qui, du père ou de la mère, se retire du marché du travail lorsqu’un seul des conjoints est actif? Finalement, à quelles caractéristiques de la famille sont associées différentes situations d’activité des familles avec de jeunes enfants?» (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les données de cette étude «proviennent du Recensement du Canada de 2016 [publié par Statistique Canada]. L’univers de référence auquel elles se rapportent est la «famille de recensement», telle que la définit Statistique Canada.» (p. 2) Les données «se rapportent à 294 975 familles biparentales et à 49 525 familles monoparentales, soit l’ensemble de celles avec au moins un enfant de moins de 5 ans à la maison […].» (p. 3)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Du côté des familles parentales, «[t]rois jeunes familles sur quatre comptent deux parents actifs (77%), 20% en comptent seulement un, tandis que chez 4% d’entre elles, les deux sont inactifs. […] Dans les familles comptant un jeune enfant, il est moins fréquent, au Québec […], qu’un seul parent soit actif sur le marché du travail […]. Les proportions de jeunes familles dont un seul des conjoints est actif sur le marché du travail sont les plus élevées chez […] celles formées d’immigrants et celles dont les conjoints déclarent tous deux une identité autochtone. Dans près de neuf familles sur dix, lorsqu’un seul conjoint est actif, c’est le père qui est actif et la mère, inactive […].» (p. 13) Du côté des familles monoparentales, «[a]u cours des dix dernières années, la participation au marché du travail des pères seuls ayant un jeune enfant est demeurée stable […],tandis que celle des mères seules a connu une augmentation […]. […] La part de mères seules avec au moins un jeune enfant qui sont actives sur le marché du travail est aujourd’hui plus élevée au Québec […]. […] Les proportions les plus faibles de parents seuls actifs sur le marché du travail, pères comme mères, sont observées du côté des familles comptant au moins un enfant de moins d’un an, celles ayant la charge de quatre enfants ou plus, et celles d’identité autochtone.» (p. 13)