Repenser le soutien des transitions scolaires pour les jeunes Autochtones en milieu urbain

Repenser le soutien des transitions scolaires pour les jeunes Autochtones en milieu urbain

Repenser le soutien des transitions scolaires pour les jeunes Autochtones en milieu urbain

Repenser le soutien des transitions scolaires pour les jeunes Autochtones en milieu urbains

| Ajouter

Référence bibliographique [21399]

Blanchet-Cohen, Natasha, Robert-Careau, Flavie et Pinsonneault, Audrey. 2021. «Repenser le soutien des transitions scolaires pour les jeunes Autochtones en milieu urbain ». Education et francophonie, vol. 49, no 1, p. 112-132.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude exploratoire vise à comprendre ce qui caractérise les transitions scolaires des jeunes Autochtones et à réfléchir aux manières dont ils peuvent s’épanouir en milieu urbain malgré les multiples défis rencontrés lors de leurs changements scolaires. Il s’agit d’une recherche collaborative avec les Centres d’amitié autochtones, des organisations communautaires qui servent d’intermédiaires entre le milieu éducatif et les familles autochtones dans plusieurs villes du Québec.» (p. 115)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des visites terrain ont eu lieu dans cinq villes du Québec où des Centres d’amitié offrent des services éducatifs. Des invitations à participer aux discussions ont été lancées par les Centres d’amitié aux familles et aux jeunes qui utilisaient leurs services. Le personnel des écoles a été contacté par l’équipe de recherche.» (p. 118) Les chercheurs ont rencontré «52 parents, 29 jeunes d’âge primaire et secondaire, 21 membres du personnel des Centres d’amitié et 15 intervenantes et intervenants des milieux scolaires, pour un total de 117 participants.» (p. 118-119) La collecte de données comptait à la fois des entrevues et des groupes de discussion.

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Cette étude démontre que les jeunes, leur famille et les organismes communautaires sont conscients de la complexité des enjeux liés aux transitions scolaires, et qu’ils sont les mieux placés pour déterminer des pratiques qui concordent avec leur réalité globale. De façon implicite, cette étude exploratoire [permet de] voir qu’une transition scolaire ne devrait pas être décontextualisée ou considérée sous l’angle d’une rupture du cheminement scolaire, mais bien comme une occasion de continuité dans les expériences et dans les apprentissages des jeunes.» (p. 127) «Ainsi, une autochtonisation de la réconciliation, qui conçoit de manière plus globale les transitions scolaires, permet de reconnaître que la finalité du parcours scolaire ne se résume pas qu’à l’obtention d’un diplôme, mais également au développement identitaire des apprenantes et des apprenants. Un ensemble d’acteurs ont un rôle distinct et complémentaire à jouer dans cette perspective pour que les jeunes se sentent à l’aise, valorisés et soutenus dans la diversité de leur apprentissage scolaire et de leur parcours de vie. Il s’agit de les reconnaître et de les soutenir adéquatement.» (p. 127)