Partager la production des connaissances en violence conjugale

Partager la production des connaissances en violence conjugale

Partager la production des connaissances en violence conjugale

Partager la production des connaissances en violence conjugales

| Ajouter

Référence bibliographique [21382]

Flynn, Catherine, Maheu, Josiane, Couturier, Pénélope, Lafortune, Louise, Mathieu, Kathy, Lessard, Geneviève, Hamelin-Brabant, Louise, Gagnon, Charlotte et Cousineau, Marie-Marthe. 2020. «Partager la production des connaissances en violence conjugale ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 31, no 1, p. 239-258.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente une démarche de recherche en partenariat expérimentée dans le cadre de TRAJETVI. Un des buts de cette étude consistait à documenter les différents défis liés aux pratiques des intervenant.e.s œuvrant auprès des femmes victimes de violence conjugale.» (p. 242)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le projet «a été mené par un comité de travail composé de sept membres en provenance du milieu de la recherche (étudiantes, chercheures et professionnelles de recherche) et de neuf partenaires-chercheures issues de regroupements concernés par l’offre de services aux femmes victimes de violence conjugale. L’étude s’est déroulée entre l’hiver 2015 et le printemps 2016 et a permis d’entendre la parole d’une centaine d’intervenant.es œuvrant auprès des femmes victimes de violence conjugale. Les données ont été collectées dans trois régions du Québec soit le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Montréal et la région de la Capitale-Nationale. Au total, 9 groupes de discussion ont réuni, entre juin 2015 et mars 2016, 54 intervenant.es. De ce nombre, 32 intervenantes ont recours à l’approche féministe en maison d’hébergement ou dans un centre de femmes et 22 intervenant.e.s œuvrent dans le réseau de la santé et des services sociaux. Le corpus total de cette étude comprend également l’analyse des trois jours de rencontre annuelle du réseau des maisons d’hébergement autochtone du Québec ayant réuni 46 intervenant.e.s en octobre 2015.» (p. 246) Les membres du comité de travail ont également répondu à un questionnaire d’évaluation auto-administré composé de cinq questions ouvertes.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Cet article «permet de voir comment, à chaque étape de la recherche, des efforts ont été déployés par les membres du comité de travail afin de réunir les conditions propices au travail de recherche en partenariat. Cependant, certains facteurs externes, comme la restructuration du réseau de la santé et des services sociaux, ont rendu [cette] démarche de recherche complexe.» (p. 256) «Notons également que les enjeux externes liés au contexte politique de l’époque, dans l’attente d’un nouveau plan d’action en violence conjugale, auraient pu avoir des conséquences défavorables pour le déroulement de ce projet de recherche. Le décalage entre les dimensions empirique et théorique, mais aussi la remise en question de l’analyse féministe auraient pu teinter l’orientation de ce projet à différents moments. Le climat de travail convivial adouci par des affinités théoriques et le partage d’une vision commune de la problématique de la violence conjugale ont d’ailleurs facilité les échanges sur des sujets plus sensibles tout au long du projet. L’homogénéité du groupe sur ces questions a été souvent aidante, mais surtout, la réceptivité des membres du comité par rapport aux conséquences politiques d’une remise en question de l’analyse et des pratiques féministes pour les milieux de pratique a permis d’orienter les analyses en ce sens et de favoriser la mobilisation pour la production d’un article sur ce thème.» (p. 255-256)