Enquête sur les services reçus et les besoins de soutien de parents de personnes présentant une déficience intellectuelle au Québec

Enquête sur les services reçus et les besoins de soutien de parents de personnes présentant une déficience intellectuelle au Québec

Enquête sur les services reçus et les besoins de soutien de parents de personnes présentant une déficience intellectuelle au Québec

Enquête sur les services reçus et les besoins de soutien de parents de personnes présentant une déficience intellectuelle au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [21379]

Picard, Isabelle, Morin, Diane et Rutt, Karen. 2020. «Enquête sur les services reçus et les besoins de soutien de parents de personnes présentant une déficience intellectuelle au Québec ». Revue francophone de la déficience intellectuelle, vol. 30, p. 29-44.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article a pour objectif de déterminer si les soutiens reçus par les parents répondent à leurs besoins et d’identifier les besoins qui ne seraient pas comblés. Il vise aussi à vérifier si les besoins des parents diffèrent selon l’âge et le niveau de DI [déficience intellectuelle] de leur enfant afin de mieux cibler les interventions et services qui leur sont destinés.» (p. 30)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Un total de 567 parents d’une personne présentant une DI ont participé à l’étude.» (p. 32)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les résultats de cette étude montrent que, «[b]ien que les parents reçoivent en moyenne 17 types de soutien, il reste néanmoins qu’ils en identifient en moyenne 26 qui ne sont pas comblés et seulement 6 % estiment que leurs besoins sont comblés.» (p. 40) Additionnellement, «[b]ien qu’ils obtiennent des scores élevés quant à l’aide perçue (au-delà de moyennement aidant), les soutiens gouvernementaux sont tout de même considérés comme étant significativement moins aidants que les soutiens informels et ceux provenant d’organismes.» (p. 40) Les résultats révèlent aussi que «[t]ous les types de services reçus obtiennent un niveau d’aide perçue se situant au-delà de moyennement aidant, signifiant que les parents considèrent tout soutien, quel qu’il soit, et quelle que soit sa provenance, comme étant aidant.» (p. 41) Toutefois, «[l]es besoins les moins exprimés doivent être considérés avec prudence, puisque certains d’entre eux sont spécifiques à certaines clientèles seulement […].» (p. 41) En sommes, «[l]es besoins de soutien peuvent prendre différentes formes et il importe de bien cibler ceux qui apportent la plus grande aide aux familles et à la personne présentant une DI. Une fois les besoins de soutien adressés, le fonctionnement de la personne présentant une DI devrait s’améliorer […].» (p. 42)