Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme : les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900

Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme : les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900

Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme : les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900

Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme : les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900s

| Ajouter

Référence bibliographique [21262]

Trudel, Camille. 2019. «Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme : les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Trois-Rivières, Département des sciences humaines.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans ce mémoire, nous nous interrogerons sur l’ampleur et la nature des impacts de la transition au capitalisme industriel sur l’environnement matériel des populations du district de Trois-Rivières.» (p. 4)

Questions/Hypothèses :
«Notre problématique comporte deux volets. D’une part, dans quelle mesure la transition au capitalisme industriel a-t-elle transformé l’environnement matériel des populations de la région trifluvienne? D’autre part, en quoi cet essor du capitalisme industriel a-t-il influencé les pratiques de transmission du patrimoine liées aux stratégies de reproduction sociale?» (p. ii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Le corpus de sources est composé de plusieurs archives «notariales produites dans le district de Trois-Rivières au XIXe siècle. Plus précisément, [l’auteure a] analysé un corpus d’inventaires après décès produits pendant les périodes 1800-1820 et 1880-1900.» (p. 29) Ces archives proviennent de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu
Réflexion critique

3. Résumé


Les résultats montrent que dans «un XIXe siècle en pleine mutation, la population bas-canadienne se transforme à un rythme inégal dans le temps et dans l’espace. Et ces pressions répétées de cette transformation sur les structures sociales et économiques contraignent les familles à s’adapter, au risque de se trouver contraintes de migrer ou de réinventer leur vie.» (p. ii) Ce mémoire est composé de trois chapitres. Le premier chapitre présente «un bilan de la production scientifique en fonction des deux axes conceptuels pertinents [la reproduction familiale et la culture matérielle].» (p. 6) Dans le deuxième chapitre, «les données récoltées permettent de plonger dans la vie quotidienne des populations et d’appréhender, du moins partiellement, les transformations inhérentes de l’environnement matériel.» (p. 81) Quant au troisième chapitre, il concerne spécifiquement «la vie quotidienne des cultivateurs tout au long du XIXe siècle […].» (p. 141) Cette section révèle que la «nature et la valeur globale des biens transmis par les parents à leurs enfants influencent non seulement le choix des formes de transmission, mais également le degré d’efficacité des modalités de reproduction sociale des familles.» (p. 90) Concernant la période 1880-1900, l’auteure constate que dans «les familles qui parviennent à se maintenir, acquisition de la terre et transmission du patrimoine sont souvent indissociables; pour celles qui doivent renoncer à leur exploitation, vendre la terre vient contrecarrer, voire ruiner, l’ambition ultime de la transmission.» (p. 97) «Avoir plusieurs enfants serait donc à la fois un incitatif à accumuler plusieurs terres et un facteur facilitant cette accumulation, les enfants étant eux-mêmes un capital humain précieux et indispensable au bon fonctionnement d’une exploitation de grande taille.» (p. 98)