Perception de l’importance de facteurs liés au vieillissement sur les comportements alimentaires telle que rapportée par des personnes âgées autonomes et semi-autonomes de la région de Lanaudière

Perception de l’importance de facteurs liés au vieillissement sur les comportements alimentaires telle que rapportée par des personnes âgées autonomes et semi-autonomes de la région de Lanaudière

Perception de l’importance de facteurs liés au vieillissement sur les comportements alimentaires telle que rapportée par des personnes âgées autonomes et semi-autonomes de la région de Lanaudière

Perception de l’importance de facteurs liés au vieillissement sur les comportements alimentaires telle que rapportée par des personnes âgées autonomes et semi-autonomes de la région de Lanaudières

| Ajouter

Référence bibliographique [21135]

Robitaille, Cassandre. 2017. «Perception de l’importance de facteurs liés au vieillissement sur les comportements alimentaires telle que rapportée par des personnes âgées autonomes et semi-autonomes de la région de Lanaudière». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de nutrition.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce mémoire a pour objectif «d’explorer les perceptions des déterminants de l’alimentation des personnes âgées d’une région rurale habitant dans la communauté ou au sein d’une résidence pour personnes âgées autonomes.» (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon (n=20) est composé de deux groupes de personnes âgées de Lanaudière: celles vivant dans la résidence Le Grand Manoir et celles vivant en communauté.» (p. i)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les résultats nous permettent d’observer que les environnements et le réseau social semblent influencer les comportements alimentaires des personnes âgées. Certains exemples de comportements alimentaires sont semblables dans les deux groupes alors que d’autres sont non semblables. Quelques points saillants ressortent aussi par rapport au poids, aux produits de santé naturels, à la crédibilité des sources d’information, à la conduite automobile, à la variété alimentaire et à l’importance du réseau social autour des actes de cuisiner et de manger.» (p. i) «Pour le partage des repas avec d’autres membres de la famille, il y a moins de personnes âgées vivant en résidence qui affirment avoir assez d’occasions de partager des repas avec les membres de leur famille en comparaison avec les occasions qu’ils ont de voir leurs amis. Presque une personne sur deux considère ne pas avoir assez d’occasions avec la famille.» (p. 86) «Chez les personnes âgées vivant en communauté, les sujets sont plus nombreux à manger seuls. Ils sont aussi plus nombreux à partager des repas avec leur conjoint et leurs enfants. Certains brisent la monotonie en allant dîner quelques fois avec leurs enfants alors que d’autres vivent avec eux; ils partagent donc le souper. Ainsi, soit le repas est consommé seul, soit il est consommé avec le conjoint, soit il est consommé avec les enfants.» (p. 91)