Familles montréalaises et élection de tutelle au temps du choléra : genre, appartenance ethnique et pratique judiciaire

Familles montréalaises et élection de tutelle au temps du choléra : genre, appartenance ethnique et pratique judiciaire

Familles montréalaises et élection de tutelle au temps du choléra : genre, appartenance ethnique et pratique judiciaire

Familles montréalaises et élection de tutelle au temps du choléra : genre, appartenance ethnique et pratique judiciaires

| Ajouter

Référence bibliographique [21102]

Michaud-Guindon, Alexandre. 2019. «Familles montréalaises et élection de tutelle au temps du choléra : genre, appartenance ethnique et pratique judiciaire». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département d’histoire.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce mémoire s’intéresse à la pratique judiciaire de familles montréalaises ayant vécu au début du XIXe siècle. En étudiant plus particulièrement l’élection de tutelle, le mémoire braque le projecteur sur la situation domestique à la suite du décès d’un père ou d’une mère avec enfants mineurs. [L’auteur cherche ainsi à] mieux comprendre la situation du parent survivant quel qu’il soit, mais aussi la famille et son réseau mobilisés autour des orphelins.» (p. viii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur «épluché 421 élections de tutelle datées de 1831 et 1165 datées de 1832. De ces dossiers de tutelle ne sont retenues que les dossiers concernant des familles établies à Montréal et demandant qu’un tuteur et un subrogé-tuteurs soient élus. [Il a finalement constitué] un corpus de 192 dossiers d’élection de tutelle.» (p. 27)

Type de traitement des données :
Réflexion critique
Analyse de contenu

3. Résumé


«Ce mémoire propose trois grandes conclusions. Premièrement, la situation familiale est un facteur important dans l’implication de la famille dans une élection de tutelle. L’épidémie de 1832 apporte un éclairage supplémentaire à ce phénomène. Deuxièmement, l’autorité maritale qui découle du rapport entre l’homme et la femme oriente fortement la pratique des Montréalais. Troisièmement, le réseau du couple ne semble pas se reposer sur un groupe familial plus large. La solidarité urbaine semble avoir une place importante auprès de la famille. Ainsi, le processus tutélaire et le choléra de 1832 nous permettent d’avoir un nouveau regard sur la famille.» (p. viii)