Relations entre le stress psychosocial et les comportements liés à la santé durant la grossesse

Relations entre le stress psychosocial et les comportements liés à la santé durant la grossesse

Relations entre le stress psychosocial et les comportements liés à la santé durant la grossesse

Relations entre le stress psychosocial et les comportements liés à la santé durant la grossesses

| Ajouter

Référence bibliographique [21095]

St-Pierre, Myriane. 2019. «Relations entre le stress psychosocial et les comportements liés à la santé durant la grossesse». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département des sciences de l’activité physique.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif général de cette thèse par articles est de «mieux comprendre les relations entre le stress et les comportements liés à la santé dans la population générale et pendant la grossesse, et les différences selon les caractéristiques sociodémographiques.» (résumé) Le premier article étudie les relations «entre la détresse et les comportements liés à la santé dans la population canadienne en général […].» (p. 23) Le deuxième article aborde les relations «entre la détresse et les comportements liés à la santé chez les femmes enceintes […].» (p. 25) Cette présente fiche synthèse ne concerne que le deuxième article.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon de la deuxième étude est composé de 81 femmes au premier trimestre de leur grossesse. L’auteure a également utilisé les dossiers médicaux des participantes. Le recrutement s’est déroulé dans la ville de Montréal.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les résultats du deuxième article révèlent que «les relations entre le stress et les comportements liés à la santé sont plus fortes parmi les non-immigrantes et que ces relations peuvent être différentes selon le stade de la grossesse. Bien que les non-immigrantes consomment une plus grande quantité de fruits et légumes lorsque le niveau de stress est bas, ces dernières sont plus enclines que les immigrantes récentes ou les immigrantes à long terme à diminuer leur consommation de fruits et légumes lorsque le niveau de stress perçu augmente et cette relation est plus marquée entre 16-18 semaines de grossesse. [Les auteures ont] également observé que peu importe le statut d’immigration, les relations entre le stress et la sédentarité sont plus fortes au cours du troisième trimestre. Cela dit, [les] résultats démontrent que les femmes qui vivent du stress sont davantage susceptibles d’adopter un mode de vie sédentaire vers la fin de la grossesse. La pratique d’activité physique durant la grossesse peut contribuer à la prévention du diabète gestationnel, à une meilleure gestion du poids corporel et à l’amélioration de la santé mentale […]. [Dans l’ensemble, cette étude confirme] l’importance de promouvoir les bienfaits de la pratique d’activité physique auprès des femmes enceintes tout en portant une attention particulière chez les femmes qui sont susceptibles de vivre un stress plus élevé au cours du troisième trimestre.» (p. 97)