Étude des déterminants de la santé psychologique au travail chez les avocat(e)s québécois(es), Phase II - 2017-2019

Étude des déterminants de la santé psychologique au travail chez les avocat(e)s québécois(es), Phase II - 2017-2019

Étude des déterminants de la santé psychologique au travail chez les avocat(e)s québécois(es), Phase II - 2017-2019

Étude des déterminants de la santé psychologique au travail chez les avocat(e)s québécois(es), Phase II - 2017-2019s

| Ajouter

Référence bibliographique [20889]

Cadieux, Nathalie, Cadieux, Jean, Youssef, Nancy, Gingues, Martine et Godbout, Sarah-Maude. 2019. Étude des déterminants de la santé psychologique au travail chez les avocat(e)s québécois(es), Phase II - 2017-2019. Rapport de recherche. Sherbrooke (Québec): Université de Sherbrooke, École de gestion.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent rapport vise à présenter les résultats de la phase II d’une étude réalisée auprès des avocat(e)s membres du Barreau du Québec portant sur l’étude des déterminants de la santé psychologique chez les avocat(e)s québécois(es). […] La seconde phase, quantitative, s’est déroulée de 2017 à 2019 et visait […] à valider les conclusions de la phase I, mais surtout à quantifier plusieurs indicateurs liés à la santé psychologique au travail et à circonscrire les facteurs explicatifs de l’état de santé des praticien(ne)s du droit au Québec.» (p. 7)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 2086 avocats québécois, soit 654 femmes et 1432 hommes.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les résultats révèlent que la «proportion de détresse psychologique […] dans l’échantillon global s’élève à 43 %. Toutefois, cette proportion tend à diminuer à mesure que l’âge augmente. Ainsi, on constate que les proportions de détresse sont significativement plus élevées chez les jeunes praticien(ne)s ayant 10 ans ou moins de pratique (49,9 %) comparativement à celles observées chez les praticien(ne)s plus expérimentés (36,7 %). […] Au global, la proportion de détresse psychologique observée est supérieure chez les femmes (44,2 %) comparativement aux hommes (39 %).» (p. 3) Certains facteurs familiaux sont des déterminants à la santé mentale des avocat(e)s. En outre, les résultats «mettent en évidence que le conflit travail-famille influence négativement et significativement le niveau de bien-être ressenti. Ainsi, plus les contraintes liées au travail débordent sur la sphère familiale, et plus le bien-être des participant(e)s diminue. Cette relation s’avère significative, quels que soient les facteurs considérés. Les résultats démontrent qu’il en est de même pour le conflit famille-travail, c’est-à-dire lorsque les contraintes familiales nuisent au travail. Toutefois, ce dernier conflit s’avère non significatif pour expliquer le bien-être des participant(e)s lorsque les caractéristiques individuelles sont considérées. […] Finalement, on constate que les individus ayant des enfants à charge vivraient des niveaux de bienêtre significativement plus élevé. Toutefois, cet effet protecteur lié au fait d’avoir des enfants disparaîtrait lorsque les caractéristiques individuelles sont prises en considération.» (p. 62-63)