Services de supervision des droits d’accès au Québec

Services de supervision des droits d’accès au Québec

Services de supervision des droits d’accès au Québec

Services de supervision des droits d’accès au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [20819]

St-Amand, Annick, Fortin, Marie-Christine, Saint-Jacques, Marie-Christine, Drapeau, Sylvie et Gagné, Marie-Hélène. 2018. «Services de supervision des droits d’accès au Québec ». Revue canadienne de service social / Canadian Social Work Review, vol. 35, no 1, p. 71-89.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]’objectif principal est de décrire les services de supervision des droits d’accès [SDA] au Québec, précisément pour les familles qui détiennent une ordonnance de la Cour supérieure, une entente volontaire ou une entente survenue en médiation.» (p. 87)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La population à l’étude est composée de personnes administrant une ressource de SDA ou supervisant des droits d’accès auprès de familles qui détiennent une ordonnance de la Cour supérieure, une entente volontaire ou une entente survenue au terme d’une médiation. […] Le recrutement a été réalisé par voie électronique auprès de 31 ressources de SDA réparties sur l’ensemble du territoire de la province de Québec.» (p. 76) Au total, l’échantillon est composé de 50 participants.

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«À la lumière des principaux résultats, force est de constater que des défis et des enjeux persistent dans l’offre de services de SDA. Les répondants perçoivent leur travail et les moyens dont ils disposent pour l’exercer plutôt positivement. Pour eux, leur rôle est clair et précis. Non seulement les capacités à se positionner en retrait, à observer puis à rapporter les faits semblent-elles faire partie des fonctions importantes, mais elles sont aussi identifiées par certains comme étant les principales forces d’un bon intervenant. Néanmoins, quelques répondants ont parlé de leur désir d’offrir une aide et un soutien plus concrets aux enfants et aux parents, tout en ayant l’occasion d’intervenir de façon plus marquée. À leur avis, les services offerts pourraient être améliorés si on leur attribuait ce rôle supplémentaire. Ainsi, pour ceux qui abondent en ce sens, il apparaît que les services de SDA pourraient être mieux intégrés à l’offre globale de services aux familles en difficulté […]. En effet, le développement d’un mécanisme de concertation entre les services de SDA et les autres ressources psychosociales et juridiques permettrait d’offrir un continuum de services aux familles qui, pour certaines, ont déjà des difficultés importantes.» (p. 83-84)