Une étude comparative des pratiques parentales d’adolescents québécois et haïtiens vivant à Montréal

Une étude comparative des pratiques parentales d’adolescents québécois et haïtiens vivant à Montréal

Une étude comparative des pratiques parentales d’adolescents québécois et haïtiens vivant à Montréal

Une étude comparative des pratiques parentales d’adolescents québécois et haïtiens vivant à Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [2065]

Clermont, Marjory et Claes, Michel. 2008. «Une étude comparative des pratiques parentales d’adolescents québécois et haïtiens vivant à Montréal ». Revue Québécoise de Psychologie, vol. 29, no 2, p. 205-223.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente recherche vise à examiner les pratiques parentales auprès d’adolescents haïtiens et québécois, en tenant compte de trois autres sources de variations : le sexe, l’âge et la structure familiale. » (p. 208)

Questions/Hypothèses :
Deux hypothèses générales:
- « [...] par rapport aux adolescents québécois, les adolescents haïtiens percevront leurs parents comme moins tolérants, faisant preuve de plus de contraintes et adoptant des réponses plus coercitives en cas de non-respect des règles. » (p. 209)
- « [...] les adolescents haïtiens percevront leur parents plus proches sur le plan affectif et émotionnel que ne le feraient les adolescents québécois. » (p. 209)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
312 adolescents (166 filles et 146 garçons âgés entre 11 et 19 ans) dont : «[...] 193 Québécois dont les deux parents sont nés au Québec et 119 Haïtiens nés au Québec dont les parents sont nés en Haïti et ont immigré au Québec.» (p. 209)

Instruments :
Questionnaire élaboré entre autres à partir des échelles suivantes:
- Parental Bonding instrument de Parker, Tuppling et Brown
- Parent Adolescent Communication Scale (PACS) de Barnes et Olson
- Parental Control de Kerr, Statin et Trost
- Inductive reasoning de Kim et Ge

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Le questionnaire administré aux participants a mesuré cinq aspects de la perception de ces adolescents à l’égard des pratiques parentales : les liens affectifs, la tolérance parentale, la communication, la supervision et le contrôle et les sanctions. « Les résultats rejoignent globalement les attentes formulées dans la première hypothèse. En effet, les parents haïtiens se révèlent en général plus contrôlants et cela se vérifie plus particulièrement dans le cas des mères haïtiennes. » (p. 217) La deuxième hypothèse est quant à elle « [...] totalement infirmée dans le cas de la mère. En effet, par rapport aux adolescents québécois, les adolescents haïtiens perçoivent leur mère comme moins chaleureuse, faisant plus souvent preuve de rejet en plus d’être moins engagée dans la communication en termes de disponibilité, de qualité d’écoute et de temps consacré aux discussions. [...] Ces observations laissent entendre que les relations au sein de la famille haïtienne vivant à Montréal se révèlent plus problématique que dans le cas des familles québécoises. » (p. 218)