L’exposition des enfants au conflit sévère de séparation. Les défis particuliers pour la pratique en protection au Québec

L’exposition des enfants au conflit sévère de séparation. Les défis particuliers pour la pratique en protection au Québec

L’exposition des enfants au conflit sévère de séparation. Les défis particuliers pour la pratique en protection au Québec

L’exposition des enfants au conflit sévère de séparation. Les défis particuliers pour la pratique en protection au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [20518]

Malo, Claire, Morin, Myriam, Moreau, Jacques, Hélie, Sonia et Lavergne, Chantal. 2018. «L’exposition des enfants au conflit sévère de séparation. Les défis particuliers pour la pratique en protection au Québec ». Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, vol. 61, no 2, p. 55-72.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de cette recherche est de «tracer un premier portait de la maltraitance psychologique envers les enfants québécois […].» (p. 61)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de «29 intervenants de trois établissements de protection œuvrant au service d’Évaluation/Orientation ou au service de l’Application des mesures [qui] ont été invités à résumer deux situations rencontrées dans leur pratique comportant des MTP [mauvais traitements psychologiques], seuls ou en co-occurrence avec d’autres types de maltraitance, et à discuter des défis particuliers rencontrés.» (p. 61)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’exposition de l’enfant au conflit sévère de séparation comme forme de MTP est un phénomène relativement récent en protection de la jeunesse et qui implique des défis particuliers. Outre les défis associés à la relation intervenant-parents ou les fausses allégations récurrentes rapportées, les impacts de ce type de maltraitance sont parfois sournois et difficiles à cerner. Les quelques études de cas présentées ici illustrent bien la difficulté fréquente à discerner les impacts du conflit sur l’enfant exposé. De plus, même quand certains symptômes sont apparents, il faut encore les relier causalement au conflit, surtout quand les tribunaux sont impliqués. Un autre défi fréquent […] est de juger du meilleur intérêt de l’enfant en ce qui touche les arrangements de garde. Les facteurs à considérer dans une telle prise de décision sont nombreux et variés: sévérité des conflits, degré d’exposition de l’enfant, phase développementale, perspectives actuelles et futures, etc. Quand le dossier est judiciarisé, les positions souvent contradictoires des différents experts complexifient encore la décision. De même, le degré d’articulation intellectuelle souvent fréquent chez les parents en conflit et leur grande crédibilité peuvent en imposer même aux intervenants. Ces facteurs peuvent aussi conduire à des débats continuellement réactivés devant les tribunaux, qui peuvent perdurer des mois, voire des années. Pendant ce temps, l’enfant est maintenu dans un conflit de loyauté constamment alimenté par ses parents.» (p. 69-70)