L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : un terreau fertile pour le développement de l’autodétermination d’adolescents vivant avec une dysphasie

L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : un terreau fertile pour le développement de l’autodétermination d’adolescents vivant avec une dysphasie

L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : un terreau fertile pour le développement de l’autodétermination d’adolescents vivant avec une dysphasie

L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : un terreau fertile pour le développement de l’autodétermination d’adolescents vivant avec une dysphasies

| Ajouter

Référence bibliographique [20476]

Bergeron, Geneviève, L’Heureux, Christine, Bergeron, Léna, Fournier-Chouinard, Emmanuelle et Rojo, Sébastien. 2017. «L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : un terreau fertile pour le développement de l’autodétermination d’adolescents vivant avec une dysphasie». Dans L’intervention psychosociale par la nature et l’aventure : fondements, exemples et pistes d’action , sous la dir. de Sébastien Rojo et Bergeron, Geneviève, p. 111-141. Coll. «Collection Éducation Intervention». Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce chapitre vise à décrire le projet d’intervention psychosociale par la nature et l’aventure (IPNA) et ses impacts sur l’autodétermination des adolescents vivant avec une dysphasie.

Questions/Hypothèses :
Le chapitre vise entre autres à répondre à la question suivante: «[c]omment la posture d’intervention du projet d’intervention psychosociale par la nature et l’aventure La dysphasie, au-delà du sommet s’est-elle actualisée afin de soutenir le développement de l’autodétermination?» (p. 112)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Pour faire leur analyse, les auteures se basent sur un cas fictif d’une jeune adolescente dysphasique et ses parents qui ont participé à une IPNA.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les auteures expliquent que les approches d’IPNA sont bénéfiques pour développer l’autodétermination des adolescents dysphasiques, puisqu’il leur permet entre autres de vivre des situations nouvelles et non familières, d’accroitre leur conscience de soi et d’expérimenter des situations significatives et authentiques. De plus, puisque ce type d’intervention nécessite une période de temps plus substantielle, celle-ci favorise l’établissement du lien de confiance entre le jeune et l’intervenant. Par ailleurs, la «nécessité d’inclure les parents dans cette visée d’autodétermination est rapidement apparue dans le projet. […] Comme l’indique le Modèle éducatif fonctionnel de l’autodétermination et comme l’indique l’histoire fictive [de l’adolescente dysphasique], la perception et les croyances que les jeunes entretiennent relativement à leurs capacités individuelles influencent l’adoption de comportements autodéterminés et les parents contribuent inévitablement à ces perceptions et croyances. […] Aménager un espace dans la trame d’intervention pour y mailler la participation de ces parents devenait dès lors un incontournable. […] Dès le début du processus, une rencontre entre les intervenants et les parents a donc été proposée afin d’échanger sur les visées d’autodétermination du projet. […] Les parents se sont alors ouverts sur leurs inquiétudes, leurs déceptions, les défis rencontrés, leurs propres limites en tant que parents, mais aussi sur certaines pistes et occasions pour favoriser davantage le développement d’habiletés et de capacités d’autodétermination chez leur jeune.» (p. 129-130)