Analyse intersectionnelle des défis et enjeux des inégalités sociales sur le marché du travail : l’expérience de vingt femmes congolaises résidant au Québec et en Ontario

Analyse intersectionnelle des défis et enjeux des inégalités sociales sur le marché du travail : l’expérience de vingt femmes congolaises résidant au Québec et en Ontario

Analyse intersectionnelle des défis et enjeux des inégalités sociales sur le marché du travail : l’expérience de vingt femmes congolaises résidant au Québec et en Ontario

Analyse intersectionnelle des défis et enjeux des inégalités sociales sur le marché du travail : l’expérience de vingt femmes congolaises résidant au Québec et en Ontarios

| Ajouter

Référence bibliographique [20415]

Namululi, Nsimire, Bagaoui, Rachid et Hemedzo, Komi. 2018. «Analyse intersectionnelle des défis et enjeux des inégalités sociales sur le marché du travail : l’expérience de vingt femmes congolaises résidant au Québec et en Ontario ». Reflets : Revue d’intervention sociale et communautaire, vol. 24, no 1, p. 98-126.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article a pour objectif de faire «entendre l’opinion des femmes immigrantes d’origine congolaise sur les difficultés qu’elles rencontrent sur le marché du travail, comment elles vivent ces expériences et comment elles expliquent leurs propres difficultés et donc les inégalités qu’elles subissent.» (p. 100)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de vingt femmes immigrantes d’origine congolaise, âgées entre 20 et 57 ans, résidant au Québec ainsi qu’en Ontario.

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À la lumière des résultats, les auteurs mentionnent que «[l]a conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle est un processus difficile pour les familles en général et pour les femmes en particulier.» (p. 107) En effet, «[t]rouver un emploi n’est pas chose facile lorsqu’on a des enfants et qu’on n’a pas de soutien pour le gardiennage.» (p. 107) Par ailleurs, «[p]armi les défis rencontrés par les femmes congolaises avant d’entrer sur le marché de l’emploi, on peut faire état de la conciliation familiale. Cette dernière semble se répercuter dans le parcours professionnel de plusieurs femmes immigrantes. […] Tout comme la majorité des familles monoparentales canadiennes, les femmes congolaises immigrées en situation de monoparentalité au Canada ont vécu ou vivent les mêmes vicissitudes quand il s’agit de faire garder leurs enfants afin d’aller travailler.» (p. 112) «Si les femmes canadiennes rencontrent ce même défi à concilier famille et emploi, pour les femmes immigrantes, ce défi est lourd d’autant qu’elles n’ont pas de proches ni de parents sur lesquels elles peuvent compter pour les épauler dans le gardiennage d’enfants. Contrairement aux Canadiennes de naissance, qui souvent ont de la famille proche et qui peuvent bénéficier de soutiens divers, les femmes congolaises ne doivent compter que sur elles-mêmes.» (p. 108)