Attachement amoureux, symptômes dépressifs et comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuse

Attachement amoureux, symptômes dépressifs et comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuse

Attachement amoureux, symptômes dépressifs et comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuse

Attachement amoureux, symptômes dépressifs et comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuses

| Ajouter

Référence bibliographique [20371]

Brassard, Audrey, St-Laurent Dubé, Marianne, Gehl, Kristin et Lecomte, Tania. 2018. «Attachement amoureux, symptômes dépressifs et comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuse ». Santé Mentale au Québec, vol. 43, no 1, p. 145-162.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude vise à explorer les liens entre les insécurités d’attachement (anxiété, évitement), les symptômes dépressifs et les comportements suicidaires (idées et tentatives) en contexte de rupture amoureuse. De façon exploratoire, l’effet du genre sur ces liens est également exploré.» (p. 150)

Questions/Hypothèses :
«La première hypothèse propose qu’en contexte de rupture amoureuse, il y ait un lien positif entre l’anxiété d’abandon, les symptômes dépressifs et les comportements suicidaires. La seconde hypothèse postule l’existence d’un lien positif entre l’évitement de l’intimité, les symptômes dépressifs et les comportements suicidaires post-ruptures.» (p. 150)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon compte 50 participants volontaires [31 femmes et 19 hommes], qui devaient être âgés d’au moins 18 ans et avoir vécu une rupture amoureuse dans les six derniers mois d’une relation qu’ils jugeaient significative […].» (p. 151) Les volontaires provenaient de quatre régions administratives du Québec (Estrie, Capitale-Nationale, Montérégie et Montréal).

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats obtenus appuient la première hypothèse et montrent qu’en contrôlant pour [sic] l’utilisation du réseau social, le degré d’anxiété d’abandon est relié à davantage de symptômes dépressifs et d’idées suicidaires chez les adultes ayant vécu une rupture.» (p. 156) Ces symptômes «associées à l’anxiété d’abandon […] pourraient potentiellement s’expliquer par l’utilisation de stratégies d’adaptation négatives.» (p. 157) Toutefois, «[l]a seconde hypothèse, postulant que l’évitement de l’intimité serait lié à davantage de symptômes dépressifs et de comportements suicidaires en contexte de rupture amoureuse, n’a pas été soutenue chez les participants de cette étude. Cette absence de lien peut notamment s’expliquer par une certaine variance commune entre l’anxiété d’abandon, l’utilisation du réseau social et l’évitement, qui ont été examinés conjointement dans les analyses.» (p. 157) Enfin, la recherche «n’a pas montré d’effet modérateur du genre dans les liens unissant les insécurités d’attachement, les symptômes dépressifs et les comportements suicidaires post-rupture.» (p. 157)