Sexualité, jeunesse et postmodernité : discours et négociation du sens par les sujets

Sexualité, jeunesse et postmodernité : discours et négociation du sens par les sujets

Sexualité, jeunesse et postmodernité : discours et négociation du sens par les sujets

Sexualité, jeunesse et postmodernité : discours et négociation du sens par les sujetss

| Ajouter

Référence bibliographique [20242]

Gareau-Blanchard, Catherine. 2017. «Sexualité, jeunesse et postmodernité : discours et négociation du sens par les sujets». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, École de travail social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[L]e but de ce mémoire est de déterminer comment les jeunes vivent leurs expériences sexuelles dans le registre discursif, et comment ces récits se conjuguent aux discours déjà présents dans l’espace social, tenus par d’autres acteurs.» (p. 2)

Questions/Hypothèses :
«Comment les jeunes adultes négocient-ils le sens de leurs expériences sexuelles en lien avec les discours sociaux sur celles-ci dans un contexte social marqué par la postmodemité?» (p. viii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est constitué de «neuf jeunes adultes âgés entre 19 et 25 ans ayant été recrutés à l’UQAM [Université du Québec à Montréal].» (p. viii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Les propos des participants ont permis de conclure à l’existence de discours sociaux porteurs de normes sur la sexualité qui devrait être pratiquée. Leur variété et leur nature parfois contradictoire ont également été mises en lumière, tout comme la prégnance des injonctions dont ils sont les véhicules. Pouvoir et discours sont donc liés, comme il a été avancé précédemment. Quant aux stratégies de négociation évoquées par les participants, elles sont nombreuses et sont principalement concentrées autour de deux axes: celui de la communication et celui de l’action. Il est à noter que dans ces catégories sont également inclues leurs antagonistes, soit la non-communication et la non-action, qui représentent des moyens tout aussi importants et valides.» (p. 127-128) En outre, selon les répondants, «le fait d’être en couple semble constituer une barrière importante à la communication sur la sexualité.» (p. 77) Cependant, «[p]arler de leur sexualité en couple semble être un élément crucial pour les participants, et ce afin d’assurer la qualité et le bon déroulement des rapports sexuels.» (p. 78) De plus, «[c]omme illustré dans les résultats, certains mentionnent l’importance d’être en couple depuis un certain temps avant de s’adonner à des activités sexuelles, alors que pour d’autres il est important de ne pas avoir de relation sexuelle le premier soir si on désire passer à un registre amoureux.» (p. 120)