Identité ethnoculturelle, bien-être psychologique et performance académique de jeunes adultes issus de couples mixtes au Québec

Identité ethnoculturelle, bien-être psychologique et performance académique de jeunes adultes issus de couples mixtes au Québec

Identité ethnoculturelle, bien-être psychologique et performance académique de jeunes adultes issus de couples mixtes au Québec

Identité ethnoculturelle, bien-être psychologique et performance académique de jeunes adultes issus de couples mixtes au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [20184]

Tardieu, Régine. 2016. «Identité ethnoculturelle, bien-être psychologique et performance académique de jeunes adultes issus de couples mixtes au Québec». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette étude vise à apporter une réflexion et des éléments de connaissance au niveau des enfants de couples mixtes au Québec. Elle cherche à vérifier où se situent ces jeunes au Québec en ce qui attrait à leur identité ethnoculturelle, leur bien-être psychologique et leurs performances académiques.» (p. 31)

Questions/Hypothèses :
«Les jeunes issus des couples mixtes sont-ils différents de ceux issus de couples endogames par rapport à leur identité ethnoculturelle? [Ces jeunes] sont-ils différents de ceux issus de couples endogames par rapport à l’estime de soi, la détresse psychologique, les problèmes de comportement et la performance académique? […] En tenant compte de leur identification ethnoculturelle, [ces derniers] sont-ils différents de ceux issus de couples endogames par rapport à l’estime de soi, la détresse psychologique, les problèmes de comportement et la performance académique?» (p. 31-32)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Deux groupes de jeunes adultes composent […] l’échantillon de notre recherche. Le groupe cible, constitué de 69 jeunes adultes issus de couples mixtes au niveau ethnoculturel, et le groupe de comparaison, composé de 64 jeunes adultes issus de couples endogames, Québécois d’origine. [Ils] ont essentiellement été recrutés dans deux cégeps de la région de Montréal et dans plusieurs facultés au sein de l’Université de Montréal.» (p. 32-33)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Pour la première question de recherche, […] tous les jeunes s’identifient et s’affilient à la culture québécoise, considérée comme la culture dominante, mais, les jeunes endogames Québécois le sont de manière plus marquée. Les jeunes de couples mixtes s’identifient plus fortement à la culture québécoise qu’à la culture de leur parent immigrant mais s’affilient de manière plus ou moins égale aux deux cultures. […] En effet, il semble logique que les jeunes ayant leurs deux parents d’origine québécoise s’identifient et s’affilient fortement à cette culture puisque c’est celle qui prévaut pour leurs deux parents alors que les jeunes mixtes ont à faire le métissage de deux cultures différentes […].» (p. 58) Concernant la deuxième question, «les jeunes de couples mixtes ne présentent pas davantage de problèmes personnels, relationnels ou académiques en comparaison avec ceux dont les deux parents sont Québécois d’origine. […] Ils auraient la possibilité d’explorer leur identité plurielle sans se sentir forcés d’en choisir une plutôt qu’une autre et s’épanouir dans la société dans laquelle ils vivent.» (p. 59) Pour répondre à la troisième question de recherche, on note «que peu importe le groupe ethnoculturel, les styles d’acculturation d’Intégration, suivi du style d’acculturation d’Ethnocentrisme, semblent être ceux où les jeunes sont le plus épanouis, et présentent le moins de problèmes alors qu’avec le style d’acculturation Assimilation, suivi du style d’acculturation Marginalisation, les problèmes sont le plus fréquents.» (p. 61)