Les pères filicides : la violence conjugale en filigrane

Les pères filicides : la violence conjugale en filigrane

Les pères filicides : la violence conjugale en filigrane

Les pères filicides : la violence conjugale en filigranes

| Ajouter

Référence bibliographique [2012]

Dubé, Myriam. 2008. «Les pères filicides : la violence conjugale en filigrane». Dans Violences faites aux femmes , sous la dir. de Suzanne Arcand, Damant, Dominique, Gravel, Sylvie et Elizabeth, Harper, p. 227-250. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] l’objectif est de comparer, chez les hommes, les cas de filicides où il y a présence de violence conjugale à ceux où il y a absence de cette violence quant à différents facteurs associés au filicide. » (p. 230)

Questions/Hypothèses :
« Les hypothèses sont ainsi que : les deux groupes d’hommes (absence vs présence d’antécédents connus de violence conjugale) différeront quant aux données sociodémographiques, aux facteurs contextuels du filicide, aux facteurs individuels et microsociaux ainsi qu’aux indices précurseurs de filicide. » (p. 230)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Les rapports d’enquête du coroner et les rapports d’enquête de police, contenant des extraits de dossier psychiatrique, des extraits de dossier médical, des comptes rendus d’enquêtes menées par la Commission de la protection de la jeunesse (CPJ) et des rapports d’évaluation et d’intervention de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), ont été examinés un à un pour l’ensemble de ces pères. » (p. 234)

Instruments :
Grille de lecture

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Peu d’études empiriques traitent du lien entre la violence conjugale et le filicide. À ce titre, les enquêtes populationnelles n’abordent pas le filicide lorsqu’on traite des problématiques qui sont liées à la violence conjugale. L’objectif de cette étude exploratoire, réalisée dans le cadre d’un postdoctorat, est donc de comparer, chez des hommes, les filicides où il y a présence de violence conjugale à ceux où il y a absence de cette violence quant à différents facteurs qui y sont associés (Dubé, 1998). Les résultats de cette recherche montrent que près de 68% des pères ayant des antécédents connus de violence conjugale, ont commis l’homicide de leurs enfants par mesure de représailles envers leur conjointe. Dans certaines situations, le conjoint a aussi tué sa conjointe. De plus, 46% de ces pères avaient proféré à leur conjointe des menaces de mort envers les enfants, 37% avaient menacé de la tuer et 46% avaient menacé de s’enlever la vie. Ces résultats signalent l’importance d’étudier la violence conjugale dans les situations de filicide, particulièrement en contexte de séparation. » (Site Web du Cri-Viff)