Déplacements forcés, trajectoires internes et transfrontalières

Déplacements forcés, trajectoires internes et transfrontalières

Déplacements forcés, trajectoires internes et transfrontalières

Déplacements forcés, trajectoires internes et transfrontalièress

| Ajouter

Référence bibliographique [20113]

Yañez Canal, Carlos, Vatz Laaroussi, Michèle et Campos-Flores, Linamar. 2016. «Déplacements forcés, trajectoires internes et transfrontalières». Dans Dynamiques familiales, socio-juridiques et citoyennes dans la migration. Regards entrelacés «Nord Sud» sur les réseaux transnationaux , sous la dir. de Michèle Vatz Laaroussi, p. 205-226. Paris: L’Harmattan.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Le chapitre aborde les impacts des déplacements forcés à l’intérieur des pays en situation de guerre ou au plan international, sur la famille des femmes migrantes.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon est composé de 12 trios de femmes sud-américaines qui ont migré vers le Québec.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les auteures abordent les impacts des déplacements forcés pré-migratoires et des mobilités secondaires. Au sujet des séparations et recompositions familiales à répétition, elles mentionnent que «[l]es séparation familiales pré-migratoires ont […] un effet sur les séparation post-migratoires. […] Les veuvages avaient lieu dans la majorité des cas au pays d’origine, le plus souvent durant les déplacements forcés en Colombie. Ils étaient les déclencheurs de la décision, soit de quitter la région d’origine […] soit de quitter le pays et de demander l’asile au Canada. Les séparation conjugales et divorces, nombreux aussi, avaient lieu soit lors des déplacements forcés dans un climat de peur, de clandestinité et de grande précarité, soit à l’arrivée au Québec, pour les mères, dans des dynamiques de mobilités sans fin.» (p. 212) Quant au rôle du réseau familial dans ces déplacements, elles écrivent que «[d]ans ces dynamiques de mobilité et de séparation, les réseaux familiaux, intergénérationnels ou transnationaux jouent un rôle majeur, à la fois comme soutien et comme vecteur de mobilité. Ainsi, […] il s’agit d’un filet de survie: une grande famille qui se développe et se renforce dans l’expérience commune des nombreux déplacements sous la menace. Et ces réseaux familiaux multigénérationnels élargis vont accompagner les déplacements dans une dynamique fusionnelle. Ces familles dans lesquelles les femmes sont souvent séparées ou veuves, prennent ensemble de manière fusionnelle ou négociée la décision de mobilité […].» (p. 213)