Conditions de vie

Conditions de vie

Conditions de vie

Conditions de vies

| Ajouter

Référence bibliographique [20061]

Crespo, Stéphane. 2017. «Conditions de vie». Dans Panorama des régions. Édition 2017 , sous la dir. de Marianne Bernier, Charbonneau, Anne Binette, Brehain, Sophie, Caron, Geneviève, Crespo, Stéphane, Demers, Marc-André, Fortier, Claude, Gattaz, Isabelle, Labelle, Marie-Hélène, Ladouceur, Stéphane, Madore, Louis, Marchand, Guillaume, Mendez-Leblond, Sacha, Provençal, Marie-Hélène, Rabemananjara, Julie et Sénéchal, Anita, p. 29-33. Québec: Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette section se divise en deux parties. Dans la première, on décrit, en fonction des régions administratives, les taux de faible revenu de 2014, ainsi que l’évolution de ces taux, soit à court terme entre 2013 et 2014, et à plus long terme entre 2010 et 2014. Ces descriptions sont ensuite ventilées selon le type de famille. Dans la seconde partie, on examine, toujours en fonction des régions administratives, le revenu médian après impôt des couples et des familles monoparentales en 2014, ainsi que l’évolution de ce revenu, à court et à plus long terme.» (p. 29)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«La présente section a été préparée à partir de tableaux sur les familles de recensement […]. Il s’agit de données fiscales, extraites des déclarations de revenus des particuliers de l’Agence de revenu du Canada. Plus particulièrement, le faible revenu est ici calculé d’après la Mesure du faible revenu (MFR) après impôt.» (p. 29)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«En 2014, la distribution du taux de faible revenu après impôt des familles selon les régions administratives révèle certaines disparités […]. D’un côté, les régions du Nord-du-Québec et de Montréal affichent de loin les taux les plus élevés, soit 15,1% et 14,7% respectivement. Les troisième et quatrième régions où ce taux est le plus élevé sont l’Outaouais (8,0%) et la Mauricie (8,0%). […] La comparaison des taux régionaux de 2014 par type de famille (tableau 2.1.1, volets 2, 3 et 4) révèle que les familles monoparentales sont à faible revenu dans une proportion beaucoup plus élevée que les couples avec ou sans enfants, quelle que soit la région. Les taux des couples sans enfants et avec enfants sont relativement comparables. Entre 2013 et 2014, dans presque toutes les régions à l’exception du Nord-du-Québec, la diminution du faible revenu parmi les couples sans enfants, tout comme son augmentation, n’est jamais supérieure à 0,3 point. […] La conclusion est sensiblement du même ordre pour les couples avec enfants. Ainsi, à l’exception de la région du Nord-du Québec, aucune diminution ou augmentation ne dépasse 0,2 point. […] Pour ce qui est des familles monoparentales, la variation du taux entre ces deux années est légèrement plus marquée pour un certain nombre de régions, et celle-ci est toujours à la hausse.» (p. 28-29)