La démarche de clarification du projet de vie permanent : l’expérience des parents

La démarche de clarification du projet de vie permanent : l’expérience des parents

La démarche de clarification du projet de vie permanent : l’expérience des parents

La démarche de clarification du projet de vie permanent : l’expérience des parentss

| Ajouter

Référence bibliographique [19982]

Turcotte, Geneviève, Lord, Marjolaine et Drapeau, Sylvie. 2016. «La démarche de clarification du projet de vie permanent : l’expérience des parents ». Défi jeunesse, vol. 23, no 1, p. 36-47.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article vise à présenter les principaux résultats d’une étude sur l’expérience qu’ont les parents de la démarche de clarification du projet de vie permanent.» (p. 37) Il s’agit d’un programme pour les enfants placés sous la loi de la projection de la jeunesse (LPJ) qui a comme objectif de leur «assure[r] la continuité des soins, la stabilité des liens et les conditions de vie dont il[s ont] besoin pour s’enraciner, se développer et s’épanouir. (p. 37) Pour ce faire, «la LPJ amendée introduit des durées maximales d’hébergement de l’enfant, des délais au terme desquels le tribunal doit rendre une décision visant à assurer un projet de vie permanent à l’enfant.» (p. 36-37)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les entretiens ont été effectués auprès de «40 parents (de 37 familles distinctes). Pour être inclus dans l’échantillon, les parents devaient: être âgés de 18 ans et plus et avoir un enfant hébergé pour une première fois dans une ressource de type familial (famille d’accueil ou confié à un tiers significatif). [Ceux-ci] ont été identifiés à partir des systèmes informatiques [de] cinq centres jeunesse […], soit le Centre jeunesse de Québec-Institut Universitaire, le Centre jeunesse de Montréal-Institut Universitaire, de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Montérégie. […] Quant aux enfants, ils sont âgés en moyenne de huit ans. La durée de placement se situe entre 7 mois et un an dans près 50 % des cas.» (p. 37-38)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’analyse des entrevues a montré que les notions cliniques au fondement de la démarche de planification du projet de vie permanent n’étaient pas très évocatrices pour plusieurs des parents rencontrés, que le sens de la démarche de clarification du projet de vie semblait échapper à une majorité d’entre eux et que bon nombre d’entre eux se sentaient impuissants dans les décisions à prendre concernant le projet de vie de l’enfant. L’expérience des parents semble indiquer qu’il y aurait encore des efforts à consentir pour que le message soit mieux compris, pour que les parents soient mieux informés des objectifs et du sens de la planification d’un projet de vie permanent pour l’enfant. […] Dans l’ensemble, les parents réagissent plutôt mal à l’introduction de délais pour apporter les changements nécessaires au retour des enfants. Si les attentes de la DPJ [Direction de la protection de la jeunesse] leur apparaissent pertinentes en soi, certains des changements attendus leur semblent cependant difficilement réalisables dans les délais prescrits, compte tenu du contexte dans lequel ils évoluent. De plus, plusieurs observent une difficulté des intervenants et des juges à reconnaître les changements qu’ils estiment avoir apportés dans leur vie dans le but explicite de retrouver la garde de leur enfant.» (p. 45-46)