Attachement romantique et qualité de vie sexuelle à l’adolescence : le rôle de la communication des besoins sexuels

Attachement romantique et qualité de vie sexuelle à l’adolescence : le rôle de la communication des besoins sexuels

Attachement romantique et qualité de vie sexuelle à l’adolescence : le rôle de la communication des besoins sexuels

Attachement romantique et qualité de vie sexuelle à l’adolescence : le rôle de la communication des besoins sexuelss

| Ajouter

Référence bibliographique [19973]

Théorêt, Valérie, Hébert, Martine et Fernet, Mylène. 2017. «Attachement romantique et qualité de vie sexuelle à l’adolescence : le rôle de la communication des besoins sexuels ». Service Social, vol. 63, no 2, p. 71-84.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude vise […] à explorer l’association entre l’attachement amoureux, la communication des besoins sexuels et la qualité de vie sexuelle auprès des adolescents engagés dans une relation de couple.» (p. 74)

Questions/Hypothèses :
«[U]ne association négative est attendue entre les deux dimensions de l’attachement insécurisant (c.-à-d. anxiété d’abandon et évitement de l’intimité) et la qualité de vie sexuelle et ce, tant chez les filles que chez les garçons. Il est aussi attendu que l’association observée entre l’attachement insécurisant et la qualité de vie sexuelle sera partiellement expliquée par la communication des besoins sexuels.» (p. 74-75)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Quatre-vingt-seize couples hétérosexuels (n = 192) âgés de 15 à 21 ans […] de la région du Grand Montréal ont été recrutés dans les milieux scolaires […] et par l’entremise du volet 1 de l’Enquête sur le Parcours Amoureux des Jeunes (PAJ). Pour être éligibles, les participants devaient être engagés dans une relation amoureuse depuis au moins deux mois […], ne devaient pas cohabiter ensemble et ne devaient pas avoir d’enfants à charge.» (p. 75)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«En accord avec les hypothèses avancées, les filles et les garçons qui obtiennent un score plus élevé sur le plan de l’évitement de l’intimité ont tendance à moins communiquer leurs besoins sexuels à leur partenaire et à rapporter une moindre qualité de vie sexuelle. Les garçons rapportent d’ailleurs un degré plus élevé d’évitement de l’intimité que les filles. […] Les résultats semblent donc converger avec la théorie de l’attachement amoureux selon laquelle les adolescents qui rapportent un attachement évitant seraient particulièrement réticents à développer un lien intime avec leur partenaire […]. En effet, ils seraient généralement mal à l’aise face à l’intimité et la proximité que sous-tend la communication des besoins sexuels ou les activités sexuelles, ce qui expliquerait leur niveau plus faible de qualité de vie sexuelle. […] Ainsi, les résultats montrent que les adolescents qui ont un niveau d’évitement de l’intimité plus élevé communiquent moins leurs besoins sexuels, ce qui serait associé, en retour, à une vie sexuelle de moindre qualité. Ces résultats soulignent notamment l’importance de la communication des besoins sexuels au sein des couples adolescents. […] Contrairement à ce qui était attendu, l’anxiété d’abandon n’est pas associée à la communication des besoins sexuels et à la qualité de vie sexuelle chez les filles.» (p. 78-79)