Les comportements sexuels problématiques chez les enfants : pistes de réflexion pour une pratique en émergence

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants : pistes de réflexion pour une pratique en émergence

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants : pistes de réflexion pour une pratique en émergence

Les comportements sexuels problématiques chez les enfants : pistes de réflexion pour une pratique en émergences

| Ajouter

Référence bibliographique [19963]

St-Amand, Annick, Villeneuve, Marie-Pierre et Vaillancourt, Annie. 2017. «Les comportements sexuels problématiques chez les enfants : pistes de réflexion pour une pratique en émergence ». Service Social, vol. 63, no 1, p. 55-72.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article vise à susciter la réflexion concernant les pratiques émergentes auprès des enfants manifestant des CSP [comportements sexuels problématiques]. L’objectif étant de mettre l’accent non seulement sur les interventions jugées efficaces et les éléments contribuant le plus activement à leur réussite, mais également sur les caractéristiques des personnes qui en bénéficient.» (p. 56)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Les auteures utilisent «des résultats d’une méta-analyse (St-Amand, Bard et Silovsky, 2008) et des travaux phares réalisés dans le domaine.» (p. 56)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Il est désormais admis que les CSP sont associés à un amalgame de facteurs de risque individuels, développementaux, familiaux et environnementaux, et que leurs conséquences touchent non seulement l’enfant qui les manifeste, mais aussi la victime, l’entourage respectif des enfants concernés par cette problématique […] et les professionnels appelés à les soutenir. Malgré leurs limites méthodologiques, les études ayant évalué l’efficacité des interventions ciblant les CSP, comme cible primaire ou secondaire, ont permis de dégager des pistes de réflexion pour guider cette pratique en émergence. L’implication des parents non abuseurs (ou principaux pourvoyeurs de soins) paraît incontournable, de même que l’enseignement d’habiletés parentales de gestion des comportements (permettant de réduire les CSP) et un contexte d’intervention offrant à l’enfant un environnement sécuritaire, favorisant le développement de comportements prosociaux et de comportements sexuels adéquats. Il est aussi possible d’intervenir directement auprès de l’enfant, dans la mesure où les stratégies et les contenus privilégiés tiennent compte de ses capacités cognitives et sociales. La modalité retenue peut être autant individuelle que familiale ou de groupe, ou une combinaison de ces trois formules. L’important est d’orienter ses décisions en fonction d’une évaluation holistique de la situation, afin d’adapter l’intervention aux besoins spécifiques du jeune et de sa famille.» (p. 66)