Difficultés de comportement : nouvelles connaissances, nouvelles interventions

Difficultés de comportement : nouvelles connaissances, nouvelles interventions

Difficultés de comportement : nouvelles connaissances, nouvelles interventions

Difficultés de comportement : nouvelles connaissances, nouvelles interventionss

| Ajouter

Référence bibliographique [1995]

Dyke, Nathalie. 2008. Difficultés de comportement : nouvelles connaissances, nouvelles interventions. Québec: Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Afin de transmettre aux intervenants du milieu scolaire et aux parents les connaissances les plus récentes sur ces difficultés et les interventions à privilégier, cette synthèse fait état de trois recherches québécoises réalisées par des chercheurs affiliés au Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l’enfance (GRISE) de l’Université de Sherbrooke, dans le contexte du Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires. » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Ce document fait une synthèse des études suivantes :

- étude de Déry, Toupin, Pauzé et Verlaan (2007) : l’échantillon comprend quatre cohortes d’élèves du primaire éprouvant des difficultés de comportement et un groupe témoin n’éprouvant pas de difficultés de comportement. Un parent de chaque élève a également été interrogé, tout comme l’enseignant principal.

- étude de Marcotte (2007) : les données proviennent de l’Étude longitudinale sur les difficultés d’adaptation sociale et scolaire (ÉLDASS) au sixième temps de mesure. L’échantillon de l’auteure est composé d’un groupe de jeunes manifestant des problèmes à l’école secondaire (n = 93) et d’un groupe témoin n’en manifestant pas (n = 93).

- étude de Verlaan et al. (2006) : l’étude se base sur des données documentaires diverses.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Les recherches présentées dans ce document apportent des connaissances précises sur les difficultés de comportement. Elles montrent la gravité et la variété des difficultés d’un très grand nombre d’élèves qui reçoivent des services complémentaires au primaire et au secondaire. De nouvelles connaissances sont aussi présentées sur des difficultés plus particulières aux filles, mais peu détectées compte tenu de leur manifestation plus cachée que celles des garçons. Comment venir en aide à ces jeunes? Puisque ces élèves présentent des problèmes fort différents les uns des autres, les chercheurs s’entendent sur l’importance d’intervenir de façon différenciée pour faire face aux difficultés spécifiques des jeunes et déterminer les besoins d’intervention. Ils ont aussi mis en lumière la persistance dans le temps des difficultés de comportement et tenté d’identifier les éléments les plus prometteurs des programmes d’intervention. Compte tenu de l’ampleur des difficultés de comportement et du fait qu’elles concernent le plus souvent les différentes sphères de la vie de l’enfant, ces recherches soulèvent de sérieuses questions sur la capacité de l’école à y faire face seule. De façon unanime, les chercheurs soulignent l’importance d’agir en concertation avec le secteur des services sociaux et de déployer à l’école, dès le primaire, des professionnels de l’intervention psychosociale afin que leur action puisse modifier le plus tôt possible la trajectoire de ces jeunes. » (p. 3)